•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Caisse de dépôt et placement demeurera « un pilier » de SNC-Lavalin, dit Michael Sabia

Le siège social de SNC-Lavalin à Montréal.

La Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) détient une participation d'environ 20 % dans SNC-Lavalin.

Photo : La Presse canadienne

La Presse canadienne

Plus important actionnaire de SNC-Lavalin, la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) n'a pas l'intention de larguer la firme d'ingénierie en dépit de la tempête que celle-ci traverse.

Selon son président et chef de la direction, Michael Sabia, le potentiel de la multinationale québécoise est toujours « impressionnant ».

En plus de ses démêlés avec la justice, SNC-Lavalin a réservé de mauvaises surprises depuis la fin du mois de janvier, en abaissant, à deux reprises, ses prévisions de bénéfices.

La firme est aux prises avec des problèmes d'exécution dans le cadre d'un projet minier au Chili en plus d'être confrontée à de l'instabilité en Arabie saoudite, en raison des tensions diplomatiques entre Ottawa et Riyad.

Cela s'ajoute aux accusations de fraude et de corruption qui pèsent sur l'entreprise au Canada depuis 2015, ce qui pourrait l'empêcher, dans le cas d'une condamnation, de soumissionner pour des contrats fédéraux pendant 10 ans.

La CDPQ, qui détient une participation d'environ 20 % dans SNC-Lavalin, a l'intention de continuer à jouer un rôle de « pilier », a dit M. Sabia, jeudi, dans le cadre du dévoilement des résultats annuels du bas de laine des Québécois.

Interrogé sur les perspectives d'une condamnation criminelle, celui-ci a opté pour la prudence en décidant de ne pas commenter, affirmant toutefois que la société avait considérablement changé, tant au niveau de la direction que du conseil d'administration.

SNC-Lavalin est mêlée à une controverse à Ottawa en raison d'allégations selon lesquelles le bureau du premier ministre Justin Trudeau aurait fait pression sur l'ex-ministre de la Justice Jody Wilson-Raybould afin que les procureurs fédéraux négocient un accord à l'amiable avec la firme pour qu'elle évite un procès criminel.

Économie