•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Justin Trudeau s’abstient de répondre aux commentaires de Jody Wilson-Raybould

Justin Trudeau et Jody Wilson-Raybould se tiennent côte à côte, mais regardent dans des directions opposées.
Nommée ministre de la Justice en 2015 par Justin Trudeau, Jody Wilson-Raybould a été rétrogradée le 14 janvier dernier lors d'un remaniement ministériel et a hérité du portefeuille des Anciens Combattants. Photo: La Presse canadienne / Adrian Wyld
Radio-Canada

Le premier ministre Justin Trudeau a décliné l'invitation de réagir aux commentaires formulés par la députée de Vancouver Granville, Jody Wilson-Raybould, à la Chambre des communes, mercredi.

L'ex-ministre de la Justice et procureure générale a semblé décocher une flèche à l'intention du premier ministre, qui était assis tout près d'elle, mercredi.

Lorsqu'elle a pris la parole afin d'expliquer pourquoi elle s'abstenait de voter sur une motion réclamant une enquête publique, elle a dit espérer avoir « l'occasion de donner [sa] vérité ».

L'ancienne ministre des Anciens Combattants a pris soin de préciser qu'il ne lui revenait pas « de lever le secret professionnel et la confidentialité », ce qui est du ressort, selon plusieurs, du premier ministre.

Le commentaire de Jody Wilson-Raybould a déclenché un tonnerre d'applaudissements de la part de l'opposition.

Un réel rapprochement?

Lorsqu'on lui a demandé si ce commentaire avait refroidi le rapprochement qui semblait s'être opéré, Justin Trudeau n'a pas répondu clairement. « On continue d'avoir un parti uni. On travaille ensemble pour livrer de façon concrète pour les Canadiens [...] On va continuer de travailler ensemble avec tous les députés du Parti libéral du Canada », a-t-il dit en marge d'une annonce alors qu’il était de passage à Halifax, en Nouvelle-Écosse, jeudi.

Justin Trudeau s'est fait questionner sur l'affaire SNC-Lavalin ce matin lors d'un point de presse. Justin Trudeau s'est fait questionner sur l'affaire SNC-Lavalin ce matin lors d'un point de presse. Photo : Radio-Canada / Benoit Roussel

Le premier ministre a par ailleurs souligné que le secret professionnel était « un élément clé de notre système de justice » et qu'il y avait « des conséquences potentielles sérieuses » à le lever.

Les propos de Justin Trudeau surviennent alors que le comité permanent de la justice et des droits de la personne amorce, jeudi, l'examen de l'affaire SNC-Lavalin.

Le premier témoin est le ministre de la Justice et procureur général, David Lametti, mais c'est sans contredit le témoignage de l'ex-ministre Wilson-Raybould qui est le plus attendu, et ce, même si l'on ignore ce qu'elle pourra dire.

Plan rapproché de Jody Wilson-Raybould, qui marche à l'extérieur.Jody Wilson-Raybould a participé à la réunion du Cabinet Trudeau, mardi. Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

La députée vancouvéroise devrait comparaître la semaine prochaine. D'après Anthony Housefather, qui préside le comité, elle pourrait être accompagnée de l'ancien juge de la Cour suprême Thomas Cromwell, qui la conseille sur le secret professionnel.

Les partis d'opposition estiment que l'examen du comité parlementaire est insuffisant pour faire la lumière sur cette histoire. Ils ont réclamé la tenue d'une enquête publique dans une motion, qui a été battue en Chambre, mercredi, par les libéraux majoritaires.

Avec les informations de La Presse canadienne

Politique fédérale

Politique