•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un médecin de Winnipeg est de retour au Canada après un séjour à Haïti

Un homme fait un examen d'une jeune fille à l'aide d'un stéthoscope.
Le médecin hygiéniste de Winnipeg, Pierre Plourde, était à Haïti pour mener un projet dans une université de Port-au-Prince quand les manifestations ont commencé. Photo: Office régional de la santé de Winnipeg
Denis-Michel Thibeault

En mission à Haïti depuis le 11 février, le médecin hygiéniste à l'Office régional de la santé de Winnipeg (ORSW), Pierre Plourde, vient tout juste de rentrer au Canada.

Le médecin winnipégois était en Haïti, où il collabore à des projets humanitaires avec une université de Port-au-Prince.

Il a dû écourter son voyage en raison des soulèvements populaires. Il est resté coincé cinq jours dans un endroit isolé et sécuritaire.

« Mes collègues haïtiens ne m’ont pas permis de m’aventurer », raconte-t-il.

Il dit ne pas avoir été témoin de manifestations ou d’affrontements.

« Dans la région de Port-au-Prince où je demeurais, c’était assez tranquille. Mais je pouvais voir un nuage de fumée noir à distance. Parfois, je pouvais entendre des armes à feu », raconte M. Plourde.

Le médecin hygiéniste connaît bien ce pays des Antilles. Il y fait du travail humanitaire et éducatif depuis 35 ans. Il dit que la situation en Haïti est plus tendue que jamais.

Un policier armé tire par la main un homme  couché par terre.Un policier arrête un homme soupçonné d'avoir pillé un magasin à Port-au-Prince. Photo : Reuters / Jeanty Junior Augustin

« La situation est très volatile. La pauvreté empire […] Ça peut facilement éclater encore, raconte-t-il. Je suis certain qu’on n’a pas vu la fin des manifestations. »

Selon Pierre Plourde, le peuple est uni contre le président.

« Les gens sont convaincus que le président est là pour plaire à la bourgeoisie. [Les gens croient qu’il est là] pour plaire aux riches, aux États-Unis, au Canada et à la France », explique-t-il.

On ne considère pas ce président comme le président du peuple.

Pierre Plourde, médecin winnipégois

Cette mission humanitaire est maintenant partie remise pour lui.

« C’est une déception énorme pour nous. Je reste toujours en contact avec mes collègues en Haïti, et nous avons déjà commencé les préparatifs pour l’année prochaine », affirme-t-il.

Un groupe de personnes.Pierre Plourde (troisième à partir de la gauche dans la rangée du bas) en compagnie des membres de l'équipe avec qui il a travaillé à Haïti. Photo : Office régional de la santé de Winnipeg

Avec des informations de Geneviève Murchison

Manitoba

Politique internationale