•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La police savait en 2013 que Bruce McArthur connaissait certains des hommes disparus

Bruce McArthur est escorté hors de la salle d’audience sous les yeux du détective Hank Idsinga.
Le tueur en série Bruce McArthur a été condamné à la prison à vie sans possibilité de libération avant 25 ans. Photo: CBC/Pam Davies
Radio-Canada

Alors qu'il était interrogé par la police de Toronto en 2013, Bruce McArthur avait avoué aux enquêteurs qu'il connaissait deux des hommes qui avaient disparu du quartier gai dans les mois précédents. La police avait aussi trouvé son adresse courriel dans le calepin d'un troisième homme disparu, révèlent des documents de cour.

Toutefois, à l'époque, les policiers considéraient McArthur comme un simple témoin dans les disparitions de Skandaraj Navaratnam, Abdulbasir Faizi et Majeed Kayhan. Aucune accusation n'avait été déposée contre lui.

Ce n'est que cinq ans plus tard que la police allait arrêter le sexagénaire pour les meurtres de ces trois hommes et de cinq autres victimes. Le jardinier paysagiste avait enterré leurs restes dans des pots de fleurs et un ravin derrière une propriété où il travaillait.

Nombre de membres de la communauté LGBTQ ont accusé la police d'avoir bâclé les enquêtes sur la série de disparitions qui ont touché le quartier gai de Toronto de 2010 à 2017.

Ce que révèlent les documents sur lesquels la cour a levé le scellé :

  • En septembre 2013, la police de Toronto, qui avait ouvert l'année précédente une enquête appelée Project Houston sur les disparitions de MM. Navaratnam, Faizi et Kayhan, a découvert le nom d'utilisateur « silverfox51 » dans les contacts effacés de la boîte courriel de M. Navaratnam et dans un calepin de M. Faizi.
  • Les enquêteurs ont vu que le numéro de téléphone cellulaire lié à ce nom d'utilisateur dans la liste de contacts de M. Navaratnam était le même que celui de McArthur, selon les renseignements contenus dans une base de données de la police à la suite de son arrestation en 2005 pour conduite sans certificat d'assurance.
  • C'est grâce à cette information que les policiers ont interrogé McArthur le 11 novembre 2013, mais simplement à titre de témoin.
  • Lors de cet interrogatoire, McArthur a confirmé aux enquêteurs qu'il avait eu des relations sexuelles avec M. Kayhan et qu'il était ami avec M. Navaratnam. Toutefois, lorsque la police lui a présenté des photos des trois hommes, il a nié connaître M. Faizi.

Les documents de cour ne disent pas si les policiers étaient remontés dans le dossier de McArthur et étaient au courant de sa condamnation en 2003 pour une agression sur un autre homme avec un tuyau de métal.

L'enquête Project Houston avait été close en avril 2014, la police ne trouvant pas suffisamment de preuves pour porter des accusations relativement aux disparitions de MM. Navaratnam, Faizi et Kayhan.

Trois ans plus tard, la police allait lancer une autre enquête, appelée Project Prism, sur le fait que d'autres hommes disparaissaient dans le quartier gai, menant à l'arrestation de McArthur en janvier 2018.

La magistrate Cathy Mocha a permis, mercredi, que nombre de documents liés aux enquêtes policières soient rendus publics, maintenant que les procédures judiciaires contre McArthur sont terminées.

Avec les informations de CBC News

Toronto

Homicide