•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hydro-Québec versera 170 M$ US au Maine pour la construction d'une ligne de transport

On aperçoit un des pylônes de 69 kilovolts.
Hydro-Québec veut aménager un ligne de transport d'électricité entre le Québec et le Maine. Photo: Radio-Canada / Alex Lévesque
Hugo Lavallée

Hydro-Québec versera 170 millions de dollars américains à l'État du Maine au cours des 40 prochaines années pour s'assurer que l'État soutiendra son projet de construction d'une nouvelle ligne de transport.

Une entente est intervenue au cours des dernières heures entre Central Maine Power (CMP), le partenaire américain d'Hydro-Québec, et neuf intervenants locaux, entente qui doit encore être approuvée par la Commission des services publics de l'État.

Les producteurs d'énergie de la Nouvelle-Angleterre maintiennent toutefois leur opposition.

Depuis des mois, les parties multiplient les interventions devant la Commission des services publics du Maine. L'organisme réglementaire doit approuver le projet de construction d'une nouvelle infrastructure de transport reliant l'Estrie et le sud du Maine avant que celui-ci ne puisse aller de l'avant.

Carte montrant un tracé allant de la frontière du Québec à Lewiston, au Maine.La ligne relierait le poste des Appalaches, près de Thetford Mines, et celui de Lewiston, dans le Maine. Photo : Radio-Canada

Comme le permet la loi en vigueur, Hydro-Québec et CMP ont conclu une entente avec 9 des quelque 30 parties représentées devant la Commission. Celle-ci devra maintenant l'examiner et déterminer si elle est dans l'intérêt de l'État. La décision de l'organisme est attendue ce printemps.

Le Protecteur du citoyen de l'État, l'Association des consommateurs industriels d'énergie, la Chambre de commerce du Maine, ainsi que trois groupes environnementaux font notamment partie des signataires de l'entente.

L'appui le plus significatif est toutefois celui de la gouverneure de l'État. Malgré la controverse, Janet Mills – une démocrate – a choisi d'appuyer le projet, y voyant de nombreux bénéfices pour son État.

« Il reste des enjeux à régler », a convenu le premier ministre François Legault. « Mais c’est une nouvelle gouverneure. Elle ne s’était pas montrée trop ouverte à cette ligne de transmission en campagne électorale, mais maintenant elle nous dit qu’elle est d’accord », s'est-il félicité. « Elle a même signé les accords, donc on s’approche beaucoup d’une finalisation [du dossier]. »

Le document, dévoilé ce jeudi, prévoit le versement de dizaines de millions de dollars pour financer divers programmes, notamment :

  • 50 millions en aide financière pour les ménages à faible revenu du Maine
  • 140 millions en rabais aux consommateurs d'énergie
  • 10 millions pour le déploiement d'Internet haute vitesse
  • 15 millions pour le passage du chauffage au mazout au chauffage à l’électricité
  • 15 millions pour l'électrification des transports
  • 5 millions pour des initiatives locales le long de la future ligne
  • 6 millions pour la création de programmes éducatifs

Hydro-Québec versera un total de 30 millions de dollars au cours des cinq prochaines années pour financer directement trois de ces programmes.

La société d'État s'engage aussi à verser annuellement 3,5 millions de dollars à l'État au cours des 40 prochaines années à titre de « partage des bénéfices », pour un total de 140 millions de dollars. Le Maine « consacrera ces fonds à l'allégement des tarifs de la clientèle du Maine », indique Hydro-Québec.

Legault a bon espoir d'exporter à terme tous les surplus

« On a franchi des pas importants avec cette entente en recueillant l'appui de leaders et d'organismes reconnus », s'est réjouie la porte-parole de la société d'État, Lynn St-Laurent.

Une femme avec une chemise noire.Lynn St-Laurent, porte-parole d'Hydro-Québec, défend le projet d'Hydro-Québec au Maine. Photo : Radio-Canada

Le PDG d'Hydro-Québec anticipe, de son côté, des revenus de 10 milliards de dollars au cours des 20 prochaines années grâce à la construction de cette nouvelle ligne et à la signature d'un contrat d'exportation d'énergie avec l'État du Massachusetts.

Le premier ministre Legault estime qu’il s’agit d’une excellente nouvelle.

« Quand j’ai rencontré le gouverneur du Massachusetts, Charlie Baker, il m’a dit que le contrat avec Hydro-Québec représentait environ 17 % de l’électricité de l’État, poursuit M. Legault. Donc, il y a de la place pour exporter encore davantage d’électricité d’Hydro-Québec [dans cet État]. Déjà, ce contrat-là représente la moitié des surplus [d’électricité] d’Hydro-Québec. »

Ça veut dire que si on ajoute [des exportations], on pourrait exporter tous les surplus d’Hydro-Québec, éventuellement, et peut-être avoir besoin d’une capacité additionnelle.

François Legault

Même si l'appui de la Commission des services publics est nécessaire, il n'est pas suffisant pour que le projet aille de l'avant.

Central Maine Power et Hydro-Québec doivent encore recevoir, entre autres, l'approbation du département de l'Environnement de l'État et du département fédéral de l'Énergie.

Les élus de la législature de l'État seront aussi appelés à se prononcer ces prochaines semaines sur des projets de loi qui pourraient entraver la construction de la ligne.

« C'est une étape qui est importante, mais on est conscient que ce projet doit cheminer à travers les différentes demandes d'autorisation réglementaire », précise Lynn St-Laurent.

Un homme point au loin. Des membres du groupe d'opposition « Stop the corridor » montrent au loin où sera construite la ligne de transport d'électricité. Photo : Radio-Canada

L'Association des producteurs d'énergie de la Nouvelle-Angleterre, de même que des groupes environnementaux et des coalitions de citoyens s'opposent vigoureusement au projet. Des publicités négatives ont aussi été diffusées en heure de grande écoute au cours des dernières semaines, sans que l'on sache qui les a financées.

Hugo Lavallée est correspondant parlementaire à Québec.

Politique provinciale

Politique