•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Procès Oland : toujours de l’incertitude quant à l’heure du crime

Le procès de Dennis Oland
Dennis Oland sortant du palais de justice de Saint-Jean, avec un de ses avocats. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Le 38e jour du procès de Dennis Oland, jeudi à Saint-Jean, n'a pas permis d'en apprendre plus sur le nouvel élément de preuve évoqué par la défense la veille.

Le procès s'était arrêté brusquement mercredi, lorsque l'avocat de la défense a informé la salle d'audience que la Couronne « a récemment pris possession » de « matériel » qui a été communiqué à la défense, plus de sept ans après les faits.

Alan Gold, avocat de la défense, assurait que ce matériel était assez important pour que les deux parties aient besoin d’un peu de temps pour l’analyser. Il avait donc obtenu un ajournement du procès jusqu'à jeudi.

Mais la journée de jeudi n'a pas permis d'éclaircir ce nouveau mystère dans l'affaire Oland.

Y a-t-il quelque chose qui découle de ce qui s'est produit hier? Rien de nouveau sur cette question?, a demandé le juge Terrence Morrison.

Non, a répondu la procureure de la Couronne, Jill Knee, sans offrir plus de précisions.

Ces délais ont retardé le témoignage de John Ainsworth, le propriétaire de l'édifice où Richard Oland a été assassiné. Au moment du meurtre, il travaillait à l'atelier d'imprimerie situé au premier étage en compagnie d'Anthony Shaw.

Les deux hommes disent avoir entendu du bruit provenant du bureau de Richard Oland. M. Shaw croit avoir entendu ces bruits entre 19 h 30 et 20 h le soir du meurtre, ce qui pourrait disculper Dennis Oland, l'accusé ayant en effet été filmé par une caméra de surveillance dans un centre commercial vers la même heure.

Or, John Ainsworth a été incapable jeudi de corroborer les dires d'Anthony Shaw. M. Ainsworth dit qu'il ne peut se souvenir avec précision de l'heure qu'il était lorsque les deux hommes ont entendu les bruits venant du bureau de Richard Oland.

Les bruits ont pu se produire à n'importe quel moment entre 18 h et 20 h, a soutenu M. Ainsworth. Cela n’écarte donc pas la possibilité que le meurtre soit survenu alors que Dennis Oland se trouvait toujours avec son père.

Richard Oland, a été trouvé sans vie le matin du 7 juillet 2011 dans son bureau du centre-ville de Saint-Jean.

L'homme d'affaires de 69 ans, ancien dirigeant de la brasserie Moosehead, avait été battu à mort.

Son fils, Dennis Oland, a été inculpé de meurtre au deuxième degré en 2013.

Il a été condamné en 2015, mais le verdict du jury a été annulé en appel en 2016, et un nouveau procès a été ordonné.

Avec les informations de Bobbi-Jean MacKinnon de CBC

Avec les informations de La Presse canadienne et CBC

Nouveau-Brunswick

Procès et poursuites