•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lock-out à l'ABI : les deux parties rencontrent à nouveau le ministre du Travail

Roulotte
Site de l'Aluminerie de Bécancour inc. (ABI) Photo: Radio-Canada / Jef Fortier
Radio-Canada

Le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, doit rencontrer la direction locale d'Alcoa et le Syndicat des Métallos jeudi, dans une nouvelle tentative de dénouer le conflit de travail à l'Aluminerie de Bécancour inc. (ABI), qui persiste depuis plus de 13 mois.

Jean Boulet mentionne qu’il souhaite s’assurer que les parties ont une réelle volonté de négocier et d’en arriver à une entente par elles-mêmes, comme elles l’ont souvent répété.

Je veux avoir un état clair de la situation. Je veux vraiment aller au fond des choses, dit le ministre.

Pour écouter l'entrevue de Jean Boulet à l'émission Facteur matinal, cliquez ici.

À la lumière des discussions qu’il aura avec les deux parties, Jean Boulet indique qu’il choisira s'il décide de déposer une hypothèse de règlement que le syndicat soumettait à ses membres, et que la direction régionale d’Alcoa enverrait à sa maison mère, à Pittsburgh.

S’il choisit cette avenue, le ministre ne croit toutefois pas qu’une hypothèse de règlement sera prête à temps pour l’assemblée syndicale des Métallos, prévue samedi.

Mon rôle de facilitateur, je vais le jouer jusqu’au bout. Je vais aller au bout de mes ressources et de mon autorité.

Jean Boulet, ministre du Travail

Le ministre répète qu’une autre solution pourrait être que la direction d’ABI invoque l’article 58 du Code du travail, qui permettrait à l’entreprise de demander au tribunal d’ordonner un vote des syndiqués sur une offre finale dans le cadre d’un scrutin secret.

Jean Boulet indique qu’il laissera à l’ABI le soin de décider si elle souhaite avoir recours à cette solution, qu’elle ne pourra utiliser qu’une fois dans le cadre de ce conflit.

Le 15 février, les négociations ont été à nouveau suspendues alors qu'elles venaient tout juste de reprendre. Surpris, Jean Boulet avait alors indiqué vouloir rencontrer rapidement les parties. Le syndicat avait annulé une assemblée syndicale prévue quelques jours plus tôt, parce que les discussions se poursuivaient.

Les pertes d'Hydro-Québec dénoncées

Le Syndicat des Métallos dénonce à nouveau les tarifs préférentiels d'électricité de l'ABI, alors qu'Hydro-Québec a dévoilé mercredi que le conflit de travail a engendré des pertes de 165 millions de dollars en 2018.

Si Alcoa avait été tenue de payer pour tout le bloc d’électricité qui lui est réservé, les 1030 travailleurs d’ABI travailleraient aujourd’hui et payeraient leur juste part de taxes et d’impôts, dénonce le directeur québécois des Métallos, Alain Croteau, par voie de communiqué.

Jean Boulet aussi se dit inquiet de ces tarifs préférentiels. Il dit avoir été surpris de constater les clauses du contrat entre l'entreprise et Hydro-Québec quand il est entré en poste.

Je suis contraint de réaliser qu'il y a des répercussions négatives sur l'ensemble de la population du Québec, et ça me préoccupe beaucoup, dit-il.

Il précise qu'il n'y a aucune négociation en cours au sujet des tarifs d'électricité.

Mauricie et Centre du Québec

Économie