•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des démocrates veulent bloquer l’urgence nationale décrétée par Trump

L'édifice du Capitole, sous les nuages, à l'aube.
Bien que cette résolution semble avoir peu de chance d’aboutir, les démocrates entendent également mettre certains républicains dans une situation difficile. Photo: Reuters / Joshua Roberts
Radio-Canada

Les démocrates entendent déposer vendredi une résolution à la Chambre des représentants visant à bloquer la déclaration d'urgence nationale décrétée par le président Donald Trump pour financer son mur à la frontière avec le Mexique.

La présidente démocrate de la Chambre, Nancy Pelosi, a envoyé mercredi une lettre aux élus démocrates et républicains pour les inviter à soutenir le texte préparé par l'élu démocrate Joaquin Castro.

Ce texte, appuyé pour l'heure par 92 parlementaires, pourrait être adopté rapidement par la Chambre des représentants puis être débattu dans les prochaines semaines au Sénat, où le Parti républicain est majoritaire.

Bien que cette résolution semble avoir peu de chance d’aboutir – le président pouvant opposer son veto –, les démocrates comptent ainsi maintenir la pression sur les républicains, plus particulièrement ceux qui se retrouvent dans des États pivots (swing states).

Plusieurs d’entre eux craignent que la décision de Trump crée un précédent pour les futurs présidents démocrates, qui pourraient y avoir recours pour imposer leurs politiques, notamment sur le réchauffement climatique ou le contrôle des armes à feu.

La semaine dernière, le Congrès a approuvé un projet de loi de dépenses qui prévoit près de 1,4 milliard de dollars pour la construction d’une barrière dans la vallée du Rio Grande et au Texas. Les fonds accordés sont bien loin de la demande initiale de Trump de 5,7 milliards de dollars.

Aussitôt après cette entente, le président a déclaré une urgence nationale et s'est prévalu d'autres pouvoirs qui, selon lui, lui donnent accès à 6,6 milliards de dollars supplémentaires pour la construction de son mur.

L’argent nécessaire serait puisé dans un fonds fédéral de confiscation des biens, de la lutte antidrogue du ministère de la Défense et d'un fonds de construction militaire. Les fonctionnaires fédéraux n'ont pas encore déterminé précisément à quels programmes cela nuirait.

Lundi, une coalition de 16 États, menée par la Californie, s'est adressée aux tribunaux pour contester le recours à l'urgence nationale.

Avec les informations de l'Associated Press et Reuters

Politique américaine

International