•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le chandail de Claude Giroux retiré à Gatineau : « Je serai un Olympique pour toujours »

Le joueur de hockey Claude Giroux à la cérémonie du retrait de son chandail.
Le chandail de l'ancien numéro 28 des Olympiques de gatineau a été retiré, lors d'une cérémonie à l'aréna Robert-Guertin. Photo: Radio-Canada / Kim Vallière
Radio-Canada

Le numéro 28 de Claude Giroux trône maintenant dans les hauteurs du Centre Robert-Guertin. Près de 11 ans après avoir joué son dernier match dans l'uniforme des Olympiques de Gatineau, le prolifique attaquant était de retour sur la patinoire où il a dominé pendant trois saisons.

L’attaquant originaire de Hearst avouait avant la cérémonie de retrait de chandail qu’il était nerveux. Pas de retrouver les partisans qui l’ont encouragé pendant son stage junior, mais plutôt de devoir prendre la parole devant eux au cours de la cérémonie de 25 minutes.

Ça n’a pas été si pire, a raconté Giroux avec un sourire en coin après coup. Je n’aime pas trop parler devant le monde, mais juste de voir la réaction des partisans, mes anciens coéquipiers sur la glace et mes parents, c’était un très bon feeling.

Son ancien coéquipier avec les Olympiques Paul Byron a d’ailleurs fait le trajet en avion entre Montréal et Gatineau avec lui, puisque les deux amis s’affronteront demain sur la glace du Centre Bell.

Le capitaine des Flyers de Philadelphie a vu sa carrière de hockeyeur être lancée à Gatineau. Il s’est taillé un poste après avoir été invité au camp d’entraînement en 2005. Les équipes de la Ligue junior de l’Ontario l’avaient boudé à deux reprises à leur repêchage.

Finalement, il a inscrit un total de 321 points en 187 matchs. Il a mené les Olympiques à leur septième et dernière conquête de la Coupe du Président en 2008, grâce à une production de 51 points en 19 rencontres.

Je serai un Olympique pour toujours.

Claude Giroux pendant son discours lors de la cérémonie de retrait de son chandail

Son meilleur souvenir demeure toutefois son premier match au Centre Robert-Guertin. C’était pas mal spécial de voir les partisans. Je n’avais jamais fait partie d’un match comme ça avant. Juste d’y penser, ça me donne des papillons, avoue celui qui est surnommé le magicien franco-ontarien.

Robert-Guertin, c’est l’aréna où, si j’avais encore la chance, c’est ici que je voudrais jouer encore.

Claude Giroux

Giroux a tenu à rappeler aux joueurs actuels des Olympiques de profiter de chaque moment passé dans l’environnement de l’équipe, lorsqu’il a pris la parole dans le vestiaire gatinois avant le match. Je leur ai dit de s’assurer d’avoir du plaisir en jouant avec l’un et l’autre parce que tu vas te réveiller et que ça va être fini, mentionne l’athlète de 31 ans.

Lui-même avoue n’avoir pas réalisé l’importance de ce qu’il était en train de vivre pendant ses trois saisons à Gatineau. Ses performances lui ont valu d’être sélectionné au premier tour du repêchage de la Ligue nationale de hockey (LNH) en 2006 par les Flyers. Samedi, il disputera son 800e match dans la LNH.

Byron, lui, voit le même joueur sur la glace chez les professionnels qu’au niveau junior. Il continue de faire des choses incroyables. Ça fait 10 ou 12 ans que nous n’avons pas joué ensemble, nous sommes des adultes maintenant. On passe moins de soirées au bar, mentionne l’attaquant du Canadien de Montréal en riant.

La soirée Claude Giroux inspire les Olympiques

Les Olympiques recevaient les Screaming Eagles du Cap-Breton pour cette soirée de fête au Centre Robert-Guertin. La présence de Claude Giroux semble les avoir inspirés, puisqu'ils ont remporté une victoire de 5-1 contre l'équipe des Maritimes, après n'avoir récolté qu'une seule victoire en cinq rencontres.

Avec sa présence ici, tu ne veux pas échapper un match, tellement il représentait beaucoup pour l'équipe, a lancé Éric Landry, l'entraîneur-chef des Olympiques, en parlant de l'effet Giroux sur sa troupe. Dans ce qu'il a dit, il nous a fait comprendre qu'on devait absolument gagner la partie. Venant d'un joueur qui n'a fait que ça ici, c'était approprié.

Ottawa-Gatineau

Hockey junior