•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rio Tinto redonne à la Belle-Rivière son tracé d’antan

Chantier hivernal avec camions en hiver sur les rives du lac Saint-Jean.
Un chantier hivernal sur les berges du lac Saint-Jean à Saint-Gédéon où Rio Tinto effectue des travaux. Photo: Radio-Canada / Flavie Villeneuve
Radio-Canada

Dans le cadre de son programme de stabilisation des berges, Rio Tinto (RT) investit 4 millions de dollars pour modifier l'embouchure de la Belle Rivière à Saint-Gédéon.

Les travaux ont pour but de freiner l’érosion et de maintenir une largeur de plage acceptable. Depuis un mois, des milliers de camions défilent dans la petite municipalité du Lac-Saint-Jean où l’entreprise a mis en branle un chantier colossal. Au terme de l’exercice, la rivière retrouvera le tracé qu’elle avait au début des années 80.

La profondeur de l'eau était plus grande et ça rendait le secteur de la plage de Saint-Gédéon plus sensible lorsqu'il y avait de forts vents ou des tempêtes. Le défi était d'arriver avec une solution durable développée avec les intervenants du milieu. C’est un travail qui s'est échelonné sur quelques années dans le but d'arriver avec la meilleure solution issue de la collaboration entre Rio Tinto et la communauté, résume Véronick Lalancette, porte-parole de Rio Tinto.

Les riverains réclamaient ces travaux depuis plusieurs années en raison de la détérioration des terrains.

On avait des problèmes d'ensablement et des berges qui étaient érodées dans le secteur Saint-Gédéon sur le lac.

Émile Hudon, maire de Saint-Gédéon

Les riverains ont demandé plusieurs fois à Rio Tinto d'intervenir parce que les gens du chemin sur le Lac, à Saint-Gédéon, avaient beaucoup de dommages sur leur terrain. On trouve que c'est une très bonne affaire, constate le responsable de l’organisme Riverains Lac-Saint-Jean 2000, Claude Duchesne.

La pierre et le sable utilisés pour les travaux proviennent d'entreprises de Saint-Gédéon et de Métabetchouan.

Les camions passent dans la municipalité de Saint-Gédéon pour tout ce qui est de l'empierrement et par Métabetchouan pour le sable, poursuit Émile Hudon.

Un périmètre de quatre kilomètres

Malgré les quatre kilomètres de périmètre de sécurité, Rio Tinto permet aux citoyens du secteur de voir l'avancée du chantier par l’entremise d’images captées par des drones. Certains intervenants pourront visiter les lieux vendredi prochain.

On veut voir un peu ce qui se passe parce qu'on a suivi tout ça dans le rapport d'impact des études du ministère. On veut s’assurer que tout soit respecté , insiste le président de Riverains Lac-Saint-Jean 2000.

Rio Tinto profite du bas niveau du lac Saint-Jean pour réaliser les travaux qui devraient culminer en avril.

D'après le reportage de Flavie Villeneuve

Saguenay–Lac-St-Jean

Affaires