•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vancouver : 36 personnes assignées à la maison à cause de la rougeole

Gros plan sur un pédiatre qui vaccine un bébé.
Éclosion de rougeole à Vancouver qui touche des écoles du Conseil scolaire francophone. Photo: Getty Images / Sean Gallup
Radio-Canada

La Régie de la santé Vancouver Coastal (VCH) a confirmé que 36 personnes qui sont liées de loin ou de près au Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique doivent restées à la maison en raison d'une épidémie de rougeole.

Un texte de Noémie Moukanda

Ces personnes, issues des écoles Rose-des-Vents et Jules-Verne, n’ont pas pu démontrer qu’elles sont immunisées contre cette infection virale très contagieuse. Elles ne pourront retourner dans ces établissements tant que la période d’incubation ne sera pas terminée, précise Tiffany Atkins, porte-parole de Vancouver Coastal. L’identité de ces personnes ne peut être dévoilée pour des raisons de confidentialité médicale.

Puis, il y a toujours huit personnes infectées par la rougeole en ville. Ces dernières viennent des établissements Rose-des-Vents, Jules-Verne et Anne-Hébert, souligne Tiffany Atkins.

La bonne nouvelle est qu’il n’y a pas eu de nouvelles contaminations depuis vendredi.

Tiffany Atkins, porte-parole de la Régie de la santé Vancouver Coastal

Le gouvernement incite à la vaccination de tous

Questionné à ce sujet, Adrian Dix, le ministre provincial de la Santé, aimerait « que tout le monde soit immunisé ». Il rappelle que le système de santé de la Colombie-Britannique est « gratuit, universel et que c’est de la responsabilité de tous de l’utiliser ».

Il y a aussi la responsabilité des parents. J’espère que tout le monde va comprendre l’importance, pas seulement pour ses propres enfants, mais pour les autres enfants, d’être immunisés dans la province.

Adrian Dix, ministre de la Santé de la Colombie-Britannique

Pour sa part, le ministère de l’Éducation « encourage tout le monde à se faire vacciner ».

Il n’y a pas de législation exigeant que les enseignants soient immunisés et l’immunisation n’est pas obligatoire au Canada.

Ministère de l'Éducation de la Colombie-Britannique

Incompréhension et inquiétudes

Le président de l’Association des parents de l’École Rose-des-Vents parle d’une information qui a tardé à leur parvenir. Éric Leblanc comprend aujourd'hui que la régie de la santé de Vancouver est l’autorité dans cette épidémie et non le CSF. Par contre, il s’offusque de voir que certains parents sont toujours réticents à la vaccination.

Généralement, les parents sont un peu en colère envers les parents qui ne vaccinent pas leurs enfants.

Éric Leblanc, président de l’Association des parents de l’École Rose-des-Vents

Éric Leblanc lance à ceux qui ne parviennent pas à prouver qu’ils sont vaccinés de le refaire, car « il n'y a pas de dommage à faire une vaccination supplémentaire ».

Pour moi, ce n’était pas si grave parce que mes enfants sont vaccinés.

Nada Lallous, maman d’une élève de l’École Rose-des-Vents

Nada Lallous, maman d’une fillette de 5 ans qui fréquente l’École Rose-des-Vents, estime que c’est difficile pour les parents de trouver la bonne information sur la vaccination. Scientifique elle-même, elle croit que « le système médical doit travailler davantage sur l'information » du public.

Elle ajoute qu’il faut organiser « des débats avec les parents, comprendre leur peur et donner des preuves » pour aider les parents, ceux qui sont pris en étau, à « prendre de meilleures décisions ».

Des cliniques prises d’assaut

Les demandes de vaccinations contre la rougeole, la rubéole et les oreillons ont augmenté, indique la Régie de la santé Vancouver Coastal. Avec l’éclosion de la rougeole, des cliniques supplémentaires ont été ouvertes dont trois à l’École Jules-Verne.

Cependant, la régie ne constate pas de pénurie de vaccins ni de liste d’attente d’ailleurs, bien que les téléphones ne cessent de sonner. « Beaucoup de gens inquiets et qui aimeraient savoir si leurs vaccins sont à jour appellent », explique Tiffany Atkins. Ce qui n’est pas le cas nécessairement dans la vallée du Fraser. Là, les temps d’attente téléphoniques sont de plus en plus longs.

Audey Korpus, père de deux enfants, parle d’une liste d'environ 300 personnes qui attendent de se faire vacciner. Bien qu’il faut prendre son mal en patience, la Régie de la santé Fraser Health assure qu’il y a suffisamment de vaccins pour toute la population qu’elle dessert.

Les autorités de la santé rappellent que les vaccinations peuvent se faire dans les pharmacies, les dispensaires ou encore auprès de son médecin de famille.

Colombie-Britannique et Yukon

Santé publique