•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Manitoba réussit à trouver de la main-d’œuvre malgré la pénurie au pays

Tableau avec plusieurs feuilles, contenant des offres d'emploi.
Selon l'étude de la Banque de développement du Canada, le Manitoba et la Saskatchewan sont les provinces qui s'en sortent le mieux face à la pénurie de main-d'œuvre. Photo: Radio-Canada / Tanya Neveu
Radio-Canada

Une récente étude de la Banque de développement du Canada (BDC) révèle que la région des Prairies est la moins touchée par la pénurie de main-d'œuvre alors que près de 40 % des petites et moyennes entreprises du pays éprouvent des difficultés à recruter de nouveaux employés qualifiés.

Comme d'autres entrepreneurs manitobains, Pat Heritage, qui travaille pour l'entreprise de transformation de graines de moutarde Mustard millers of Canada, reconnaît avoir connu « des difficultés de recrutement par le passé », mais sans que cela devienne un défi constant à long terme.

Elle explique que la difficulté pour son entreprise se trouve davantage dans la formation des équipes et leur développement que dans le recrutement.

« On reçoit beaucoup de candidatures, même en dehors de la province, explique Pat Heritage. La plupart du temps, le recrutement marche par le bouche-à-oreille ».

Embaucher localement n’est pas non plus un grand défi pour la présidente de Tiberriver Naturals, un fabricant de produits naturels pour le corps, Michelle Lalonde.

« On utilise surtout les plateformes d’offres d’emploi ou notre réseau. On a posé une offre cet automne et nous avons eu 800 postulants. On est très chanceux », témoigne-t-elle.

Elle ajoute que les effectifs de son entreprise on grandit de 30 % l’année dernière.

Selon le président-directeur général de la Banque de développement du Canada, Michael Denham, les secteurs les plus touchés par la pénurie de main-d’œuvre sont l’industrie manufacturière, la vente et la construction.

« Au Manitoba et en Saskatchewan, on est moins touché qu’ailleurs », précise toutefois Michael Denham. « Ça s’explique probablement par le fait que ces secteurs représentent une plus petite partie de l’économie. Mais aussi, il y a les programmes qui sont en place pour attirer les immigrants qui ajoutent des personnes capables de travailler dans la province », indique-t-il.

Selon le sondage mené par la Banque de développement du Canada auprès de 1200 entrepreneurs à travers tout le pays, près de 40 % ont déclaré avoir eu des difficultés à embaucher de nouveaux employés au cours des 12 derniers mois.

Michael Denham pointe notamment les problèmes démographiques au pays.

« On prévoit une croissance de 0 pour la population en âge de travailler au Canada pour les 7 à 10 ans à venir. Il n’y a donc aucune croissance pour la population en âge de travailler au pays », regrette-t-il.

Pour faire face à cette pénurie, la Banque de développement du Canada préconise notamment aux entreprises d'employer du personnel moins qualifié, plus jeune ou encore de changer les moyens de rémunération.

La BDC conseille également aux entreprises d'investir davantage dans leur image et de recruter des travailleurs immigrants.

Méthologie

Le sondage commandé par la BDC à la firme Maru/Matchbox a été réalisé auprès de 1208 petites et moyennes entreprises au Canada, du 30 avril au 11 mai 2018.

La BDC indique que les résultats ont été pondérés par province et par taille d’entreprise afin de s’assurer que les conclusions sont représentatives de l’économie canadienne dans son ensemble.

La marge d’erreur du sondage est de plus ou moins 2,8 points de pourcentage, 19 fois sur 20.

Avec des informations de Pierre Verrière

Manitoba

Emploi