•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ex-PDG du CISSS de l'Outaouais se dit « fier du travail accompli »

L'homme est assis à une table pendant la conférence de presse.

Jean Hébert aura occupé les fonctions de PDG du CISSS de l'Outaouais pendant près de quatre ans.

Photo : Radio-Canada / Olivier Plante

Antoine Trépanier
Laurie Trudel

L'ancien président-directeur général du Centre intégré de santé et des services sociaux (CISSS) de l'Outaouais, Jean Hébert, affirme qu'il « quitte avec le sentiment de laisser une organisation qui pourra relever les défis de demain ».

Le gouvernement du Québec a congédié M. Hébert mercredi et a nommé une accompagnatrice à la nouvelle présidente-directrice générale par intérim, Josée Fillion. Le geste de Québec survient dans la foulée du rapport du mandataire spécial Sylvain Gagnon, nommé en décembre, qui a passé en revue et documenté certains enjeux soulevés par des acteurs du milieu de la santé et des élus de la région de la Haute-Gatineau.

Dans une lettre envoyée à des dirigeants du CISSS et dont Radio-Canada a obtenu copie, M. Hébert se dit fier du travail que nous avons accompli au cours des quatre dernières années comme le démontrent nos rapports annuels.

Nous avons terminé nos trois premières années en équilibre financier. À ce jour, 81,4 % de notre population est inscrite auprès d'un médecin de famille. Nous avons pour plus de 180 millions de dollars de projets majeurs en cours ou prévus, écrit-il.

M. Gagnon a notamment conclu que des changements devaient être apportés à l'organisation des services, à la disponibilité des ressources, à la réponse aux besoins de la population, à la gouvernance du CISSS et dans la gestion des finances de l'organisme. Le CISSS de l'Outaouais anticipe un déficit de 12,7 millions de dollars pour l'année financière en cours.

Il y avait une centralisation trop grande. L'Outaouais a besoin d'avoir un nouveau départ, une nouvelle direction [...] Il faut rétablir la confiance avec les gens du milieu et avec les gens de l'Outaouais, a déclaré la ministre McCann en entrevue à Radio-Canada.

Une femme en entrevue devant une rue où des voitures circulent

La préfète de la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau, Chantal Lamarche, demande la destitution du PDG du CISSS de l'Outaouais, Jean Hébert.

Photo : Radio-Canada / Jacques Corriveau

Soulagement dans la Haute-Gatineau

En décembre dernier, la préfète de la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau, Chantal Lamarche, avait ouvertement réclamé la destitution de Jean Hébert. Selon elle, la santé et la sécurité des citoyens étaient en cause. Elle accusait d'ailleurs le PDG de n'avoir « aucune écoute ni sensibilité [à] l’égard [de] la réalité des milieux ruraux inclus dans le territoire de son organisation ».

À la suite de l'annonce du congédiement de M. Hébert, mercredi après-midi, Mme Lamarche s'est dite soulagée par la décision du gouvernement Legault.

Je sens qu'on nous a écoutés et respectés et qu'il y a un fondement à nos préoccupations. Là, les gens vont nous croire à la suite de notre cri d'alarme. C'est une bonne décision de la part du gouvernement de la CAQ, a-t-elle dit.

Au sein du conseil d'administration du CISSS de l'Outaouais, une source confie que les administrateurs sont sous le choc. Selon elle, le problème n'est pas la gestion du centre intégré de santé, mais un manque de financement chronique de la part du gouvernement du Québec.

Par voie de courriel, le chef des communications et des relations avec les médias du CISSS de l'Outaouais, Bruno Desjardins, écrit que l'organisation accueille la décision de la ministre de la Santé et des Services sociaux, Mme McCann, et offre son entière collaboration à l'accompagnatrice qui vient d'être nommée. Au cours des prochains jours, l'organisation prendra connaissance du rapport de M. Sylvain Gagnon et déploiera ensuite tous les efforts nécessaires à la mise en œuvre des recommandations.

Maryse Gaudreault, vice-présidente de l'Assemblée nationale du Québec

Maryse Gaudreault, vice-présidente de l'Assemblée nationale du Québec

Photo : Radio-Canada

Maryse Gaudreault est très surprise

La députée libérale de Hull à l'Assemblée nationale, Maryse Gaudreault, réclame des explications au gouvernement puisque, selon elle, il s'agit d'un congédiement qui n'avait pas d'arguments.

Mme Gaudreault soutient que Jean Hébert a toujours offert une « belle collaboration » lorsque les libéraux étaient au pouvoir de 2014 à 2018.

Il a toujours placé le citoyen au coeur de nos échanges, alors je trouve cela assez dommage d'apprendre ce départ, a-t-elle déclaré.

Selon la députée, il serait « assez périlleux » de blâmer seulement M. Hébert pour résumer ce qui se passe dans le réseau de la santé.

On a une situation transfrontalière difficile, qui n'est pas vue nulle part ailleurs au Québec, et on a une grave pénurie de main-d'oeuvre qui date d'avant l'arrivée de M. Hébert. Je ne serais pas encline à blâmer une seule personne, a-t-elle dit.

Ottawa-Gatineau

Politique provinciale