•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Montréal dépasse à nouveau son budget de déneigement

À Montréal, des chenillettes sont à pied d'oeuvre pour dégager les trottoirs.
la Ville aura ramassé jeudi 12 millions de mètres cubes de neige depuis le 1er janvier, soit l’équivalent d’un hiver complet, selon l'administration Plante. Photo: Radio-Canada / Simon-Marc Charron
Radio-Canada

La Ville de Montréal devra puiser pour une deuxième année consécutive dans ses réserves pour terminer ses opérations de déneigement cet hiver.

« On défonce les budgets », a admis le président du comité exécutif, Benoît Dorais, lors d'un point de presse mercredi. Du 1er janvier à la fin de l’opération du ramassage de la dernière bordée de neige, jeudi, la Ville aura ramassé 12 millions de mètres cubes, soit l’équivalent d’un hiver complet, a-t-il souligné.

Depuis le 1er janvier jusqu’à [jeudi] soir, c’est l’entièreté des 12 millions de mètres cubes de neige qu’on va avoir ramassés. C’est assez exceptionnel.

Benoît Dorais, président du comité exécutif

De son côté, le chef de l'opposition officielle, Lionel Perez, reproche à l'administration Plante de ne pas avoir prévu de fonds suffisants pour le déneigement, notamment pour financer les croque-glaces et les drones promis pour affronter l'hiver.

« On leur a demandé pendant le processus budgétaire pourquoi ils n’ont pas demandé le budget et ils ont refusé de nous répondre », a-t-il dénoncé. L'administration Plante a aussi invoqué l'« exceptionnelle tombée de neige » quand elle a défoncé son budget l'an dernier, a-t-il aussi rappelé.

Ça démontre à quel point l’administration est dans le déni total de la réalité.

Lionel Perez, chef de l'opposition officielle.

De plus, selon M. Perez, l’administration Plante n’en fait pas suffisamment pour déglacer convenablement les trottoirs. « Ils ne comprennent pas à quel point c’est dangereux. Les aînés, les gens à mobilité réduite, ils sont prisonniers de leur résidence depuis presque deux semaines. C’est inhumain. »

« Ils doivent absolument corriger le tir. Ils doivent changer leurs façons de faire », a-t-il dit.

Avec les informations de Benoît Chapdelaine

Grand Montréal

Politique municipale