•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des vibrations mises en cause pour le bris d'une soupape du F.-A.-Gauthier

Le F.-A.-Gauthier au quai de Matane.
Le F.-A.-Gauthier Photo: Radio-Canada / Jean-François Deschênes
Patrick Bergeron

Le Bureau de la sécurité des transports (BST) a dévoilé son rapport concernant la défaillance d'une soupape du système de stockage et d'alimentation en gaz naturel liquéfié sur le traversier F.-A.-Gauthier.

Dans le document de quatre pages, le BST explique que, le 8 avril 2018, les membres de l'équipage ont détecté une « petite fuite de gaz » autour d'une tige d'une soupape du système de stockage et d'alimentation en combustible au gaz naturel liquéfié.

C'est le bris d'un goujon en acier inoxydable à l'intérieur de la soupape qui est à l'origine de cette fuite. Selon le BST, ce sont des vibrations à l'intérieur du navire qui auraient causé le bris.

Plan rapproché du goujon fracturé de l'actuateur pneumatiquePlan rapproché du goujon fracturé de l'actuateur pneumatique Photo : Bureau de la sécurité des transports du Canada

Dans le rapport, on peut lire que le bris a été découvert le 8 avril 2018. Après différentes évaluations, les dirigeants de la Société des traversiers du Québec et d'autres intervenants, dont Transports Canada, ont décidé de garder le traversier en service.

C'est le 13 avril qu'un technicien du fabricant a procédé à une réparation temporaire d'urgence de la soupape défectueuse.

Selon François Dumont, enquêteur principal régional pour le Bureau de la sécurité des transports, ce bris n'a aucunement mis en danger l'équipage ou les utilisateurs du F.-A.-Gauthier.

Le seul risque aurait été que le réservoir bâbord se vide, ce qui aurait causé de la pollution atmosphérique.

François Dumont, enquêteur au Bureau de la sécurité des transports

Le BST n'avait pas le mandat de faire des recommandations pour ce dossier. Par contre, dans son rapport, il mentionne que les fabricants du système évaluent la possibilité d'utiliser un autre matériau pour fabriquer les goujons ou encore d'en augmenter le nombre dans les soupapes pour éviter qu'un tel problème ne se reproduise.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Faits divers