•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le procès du Journal de Mourréal commence… le 1er avril

Une capture d'écran du site web du Journal de Mourréal, qui parodie Le Journal de Montréal.
Le site web du Journal de Mourréal, qui parodie Le Journal de Montréal. Photo: Capture d'écran - Journal de Mourréal
Édith Drouin

Ce n'est pas un poisson d'avril, le procès opposant Média QMI inc., une filiale de Québecor, à Janick Murray-Hall, l'un des deux créateurs du Journal de Mourréal, doit commencer le 1er avril au palais de justice de Montréal.

À l’image de leurs articles satiriques, les fondateurs du Journal de Mourréal, Janick Murray-Hall et Olivier Legault, comptent tourner en ridicule les six jours de procès. Ils prévoient se défendre eux-mêmes.

C’est plus un cirque qu’un procès, lance Olivier Legault en rigolant. Il affirme même avoir fait des vérifications auprès du tribunal pour porter un déguisement sans être accusé d’outrage au tribunal.

Québecor semble prendre ça bien trop au sérieux, ils n’ont vraiment pas compris à qui ils avaient affaire! On va juste éviter [d’être accusés] d’outrage au tribunal.

Olivier Legault, créateur du Journal de Mourréal

M. Legault ajoute n’avoir jamais eu l’intention de porter préjudice au Journal de Montréal et avoir simplement voulu parodier l’actualité.

Dans la demande d’injonction déposée par Média QMI inc. à la Cour supérieure en juillet 2016, l’entreprise reproche aux créateurs du Journal de Mourréal d’utiliser un logo et un nom phonétiquement semblable à celui du Journal de Montréal sur son site web et sa page Facebook.

La compagnie affirme que les noms des deux entités se confondent facilement et que certains internautes ne font pas la distinction entre le contenu du Journal de Montréal et celui du Journal de Mourréal.

Média QMI inc. demande la fermeture du site, les profits qu'il a générés et le remboursement des frais d’avocats.

Or, selon Olivier Legault, les frais d’avocats générés par l’injonction sont plus élevés que les revenus du site web satirique.

Ce qui est drôle, c’est que Québecor nous poursuit pour la totalité de nos revenus et leurs frais d’avocats, mais la totalité de nos revenus, sans blague, je pense que ça n’atteint même pas 1000 $ à deux, souligne-t-il.

Le fondateur du Journal de Mourréal explique d’ailleurs avoir eu recours aux fonds versés par l'humoriste Mike Ward et par l'auteur-compositeur-interprète Mononc’ Serge à la suite de spectacles-bénéfices pour payer les frais de cour et de déplacements des avocats qui les ont aidés à préparer leur défense.

Québecor n’a pas voulu commenter la poursuite en Cour supérieure du Québec, puisqu’il s’agit d’un dossier judiciarisé.

Entre-temps, le site du Journal de Mourréal reste actif, mais moins qu’auparavant. Chaque fois qu’on arrive pour publier, on se demande : “Est-ce qu’ils vont pouvoir l’utiliser en cour?” Et ça devient vraiment tannant, ça coupe complètement l’élément créatif, déplore M. Legault.

Son collègue et lui continuent toutefois d’alimenter leur site web anglophone, le World News Daily Report, qui parodie l’actualité américaine.

Plainte rejetée par l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle

En septembre 2016, le Centre d’arbitrage et de médiation de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle, un organisme des Nations Unies, a rejeté la plainte déposée par Média QMI inc. contre Janick Murray-Hall.

La commission administrative a, entre autres, déduit que le nom de domaine du Journal de Mourréal et son logo portaient effectivement à confusion et que le site web faisait un usage de mauvaise foi du nom de domaine litigieux.

L’instance n’a toutefois pas voulu se prononcer au vu de la complexité de ce dossier, et de la difficulté de décider si la parodie est présente et parce que la Cour supérieure du Québec avait été saisie du litige.

Procès et poursuites

Justice et faits divers