•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jagmeet Singh remporte son pari et gagne dans Burnaby-Sud

Le chef du Nouveau Parti démocratique, Jagmeet Singh, célèbre sa victoire devant ses partisans dans Burnaby-Sud, le 25 février 2019.

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Fanny Bédard

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) du Canada peut pousser un soupir de soulagement. Son chef, Jagmeet Singh, a été élu dans la circonscription de Burnaby-Sud, en Colombie-Britannique, et pourra donc faire son entrée au Parlement, à Ottawa.

« À Burnaby-Sud, merci de m’avoir fait confiance pour être votre député au Parlement! Je veux vous promettre quelque chose. Vous pourrez compter sur moi à Ottawa. Je me battrai pour vous à la Chambre des communes », a lancé le leader du NPD.

Le politicien de 40 ans a réussi à conquérir les électeurs de la circonscription du Grand Vancouver, même s’il n’est pas originaire de la région. Il est d’ailleurs le seul des principaux candidats de Burnaby-Sud à avoir pu voter dans la circonscription. Les autres sont originaires de la région, mais ne résident pas dans la circonscription.

Nous avons écrit l’histoire aujourd’hui. Quand j’étais enfant, je n'aurais jamais pu imaginer que quelqu’un comme moi puisse un jour se lancer dans la course pour devenir premier ministre. Eh bien, nous venons juste de dire à beaucoup d'enfants que, oui, c’est possible.

Jagmeet Singh, candidat élu dans Burnaby-Sud et chef du NPD

Selon son collègue député néo-démocrate Peter Julian, une victoire de Jagmeet Singh avec plus de 500 voix contre son plus proche rival enverrait un message clair à Ottawa sur la légitimité du chef. En 2015, lors des élections générales, le NPD avait réussi à faire élire l’ancien député Kennedy Stewart, mais seulement avec une avance de 547 voix.

Au fil d'arrivée, le chef du NPD a obtenu 8884 votes, soit 39 % des voix exprimées. Son adversaire libéral, Richard T. Lee, a recueilli 5930 votes (26 %), tandis que le conservateur Jay Shin a obtenu 22,5 % des votes. Enfin, la candidate du Parti populaire du Canada, Laura-Lynn Tyler Thompson, a dépassé la barre des 10 % d'appuis populaires (10,6 %).

Les libéraux ont tenté de faire la vie dure à Jagmeet Singh en présentant Richard T. Lee, un candidat bien connu dans la région, qui a siégé à l’Assemblée législative pendant 16 ans. Il a été appelé en renfort après la démission de la candidate Karen Wang, qui avait tenu des propos controversés sur le réseau social WeChat au sujet de Jagmeet Singh.

Des partisans de Jagmeet Singh se réjouissent en tenant des parcartes devant l'avancée du candidat NPD dans l'élection partielle de Burnaby-Sud.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des partisans du NPD se réjouissent en entendant le décomptage de voix à l'élection partielle de Burnaby-Sud.

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Un résultat attendu

L’issue de cette élection partielle était attendue avec impatience par de nombreux partisans et élus néo-démocrates, mais aussi par des observateurs de la scène politique fédérale.

En effet, s’il avait échoué à se faire élire, Jagmeet Singh aurait bien pu se faire montrer la porte par son parti. Sous le couvert de l'anonymat, neuf députés du parti avaient affirmé que, sans victoire, le chef n'aurait pas eu la légitimité de demeurer en poste, et ce, même à quelques mois des élections générales de l’automne prochain.

Le NPD dispose d’une longue tradition dans la circonscription. Tommy Douglas, le fondateur du parti, y avait été élu pour la première fois comme député fédéral en 1962. Toutefois, en 2015, le NPD avait remporté le siège avec une mince avance sur le Parti libéral. Kennedy Stewart, qui avait à ce moment été élu, a quitté son poste pour gagner la scène municipale. Il a été élu maire de Vancouver l’automne dernier.

Renouer avec le Québec

Le gain dans Burnaby-Sud représente une victoire pour le chef du NPD et met un baume sur la défaite dans la circonscription montréalaise d’Outremont, retournée aux mains des libéraux après avoir été représentée par Thomas Mulcair à partir de 2007.

Comme chef, je tiens à vous dire ceci. Je m’engage à redoubler d’efforts pour renouer avec les Québécois et les Québécoises pour réaliser le rêve de Jack Layton.

Jagmeet Singh, chef du NPD et député de Burnaby-Sud

Il en a profité pour annoncer qu'il allait visiter le Québec, la semaine prochaine, afin de présenter un plan pour gagner la confiance des Québécois.

Rachel Bendayan Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La libérale Rachel Bendayan

Photo : Radio-Canada

Victoires libérale dans Outremont et conservatrice dans York–Simcoe

La candidate Rachel Bendayan a ramené la circonscription d'Outremont dans le giron libéral, tandis que les conservateurs l'ont emporté assez facilement dans York–Simcoe, en Ontario.

À la suite du dépouillement des 170 urnes, Rachel Bendayan a recueilli 40,4 % des voix exprimées, loin devant les 26,1 % pour la candidate néo-démocrate, Julia Sanchez.

Le candidat du Parti vert, Daniel Green, a terminé au troisième rang avec 12,5 % des voix, tandis que le candidat du Bloc québécois, Michel Duchesne, a obtenu 11,2 % du vote.

La candidate conservatrice, Jasmine Louras, a recueilli 7,3 % des voix exprimées. Enfin, James Seale, le candidat du Parti populaire du Canada, la nouvelle formation politique de Maxime Bernier, a obtenu l'appui de 2,1 % des électeurs.

Dans son discours de victoire, Rachel Bendayan a insisté sur l'importance qu'accorde son parti aux infrastructures et aux technologies propres.

Parce que nous croyons que de renouveler les infrastructures dans nos communautés et d’investir dans les technologies propres et les énergies vertes, c’est investir dans le Canada de demain.

Rachel Bendayan, candidate élue dans Outremont, Parti libéral du Canada

La circonscription montréalaise est vacante depuis le départ de l'ancien chef néo-démocrate Thomas Mulcair, en juin 2017.

Dans York–Simcoe, le conservateur Scot Davidson a récolté 54 % du vote après le dépouillement des 136 urnes. Il a devancé la candidate libérale, Shaun Tanaka (29 %), et la candidate du NPD, Jessa McLean (7,5 % des voix exprimées). Le candidat du Parti populaire du Canada, Robert Geurts, a obtenu 1,9 % des appuis des électeurs.

Politique fédérale

Politique