•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vente de CHOI Radio X : pas de passe-droit, réclame l'ancien directeur

Le logo de CHOI Radio X à Québec
Le logo de CHOI Radio X à Québec Photo: CHOI Radio X
Jean-François Nadeau

Le Groupe Leclerc Communication devrait se départir d'une de ses stations dans la capitale pour pouvoir faire l'acquisition de CHOI Radio X, croit l'ancien directeur de la station, Patrice Demers,

Présentement, Leclerc Communication possède les stations BVLD 102,1 et WKND 91,9. L’entreprise demande au CRTC de lui accorder une exception pour pouvoir être propriétaire de trois stations à Québec sur la bande FM.

Patrice Demers a affirmé mercredi que le CRTC ne devrait pas accepter cette requête.

« Si on limite le nombre de propriétaires, ils ne tenteront pas de se concurrencer eux-mêmes. La preuve : BLVD a abandonné la radio parlée en raison de l’achat éventuel de CHOI. »

« Accorder une exception, ce serait réduire la diversité des voix à Québec », dit-il, en ajoutant qu'il est toutefois favorable à la vente de la station.

Patrice Demers estime par ailleurs que l’acquisition de CHOI permettrait à Leclerc d’être plus compétitif par rapport aux plus grands diffuseurs.

Il n’a pas manqué, encore une fois, d’écorcher le CRTC sur l’imposition de quotas de musique francophone.

Les nouvelles technologies comme Spotify n’ont pas besoin de se soumettre à ces exigences réglementaires. Ça explique pourquoi les auditoires délaissent la radio et vont ailleurs.

Patrice Demers, président de Genex Communications

Pas d'objection de l'ADISQ

L’ADISQ se dit pour sa part favorable à la transaction, surtout parce que le Groupe Leclerc souhaite aussi acquérir la radio sportive parlée de Montréal CKXL-FM pour la convertir en radio musicale.

Le modèle WKND, qui propose une programmation musicale différente de celle de ses compétiteurs, serait exporté dans la métropole. L’entreprise s’engage notamment à dédier le quart de sa programmation aux artistes francophones émergents.

« Le milieu de Montréal a besoin plus que jamais de diversité musicale pour que les artistes puissent rayonner, être découverts », soutient la directrice générale de l’ADISQ, Solange Drouin.

Solange Drouin, directrice générale de l'ADISQ et coprésidente de la Coalition pour la diversité des expressions culturellesSolange Drouin, directrice générale de l'ADISQ Photo : ADISQ

Selon l’organisme qui représente les artisans de l'industrie de la musique, la radio demeure un des moyens préférés de la population pour découvrir de nouveaux artistes.

L’ADISQ souligne aussi que c’est à Montréal qu’on retrouve la plus grande concentration d’auditeurs francophones au Canada, alors qu’on y trouve aussi le plus petit nombre de stations musicales francophones par auditeur.

L’ADISQ ne se formalise pas du fait que Leclerc possèderait trois stations de radio à Québec.

« Leclerc demeurerait bien modeste face à ses compétiteurs au Québec et au pays. Nous voyons d’un bon œil la consolidation d’un diffuseur indépendant », affirme Solange Drouin.

Non à la fin des sports

Trois auditeurs de la station sportive CKLX de Montréal se sont présentés aux audiences du CRTC à Québec mercredi.

Ils demandaient à l'organisme de ne pas accepter que la conversion en station musicale. Avec la fermeture de CKAC, ils déplorent le manque de diversité de contenus sportifs en français à Montréal.

Selon eux, 83 % de programmation radiophonique sportive sera offerte en anglais si la transaction se fait.

Médias

Société