•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des progrès dans la mise en oeuvre des recommandations concernant la mort de 7 jeunes autochtones

photo des sept jeunes autochtones morts dans des circonstances nébuleuses et qui fréquentaient l'école secondaire à Thunder Bay

Jethro Anderson, Curran Strang, Paul Panacheese, Robyn Harper, Reggie Bushie, Kyle Morrisseau, et Jordan Wabasse, sont morts à Thunder Bay entre novembre 2000 et mai 2011. Ils étaient tous dans la ville pour poursuivre leurs études.

Photo : Radio-Canada / CBC, Fifth Estate

Radio-Canada

Les avocats représentants les familles de six des sept jeunes autochtones morts entre 2000 et 2011 ont donné une note moyenne de B+ aux parties concernés par les 145 recommandations du coroner publiées en 2016, qui visent à éviter de nouvelles tragédies semblables.

Cette deuxième évaluation annuelle était attendue en août 2018, mais des retards dans la réception des informations provenant de deux organisations ont ralenti le processus.

La majorité des parties ont obtenu une meilleure note qu’en 2017, y compris le gouvernement du Canada (de D à C+), celui de l’Ontario (de C+ à B) et la Ville de Thunder Bay (de C+ à B+).

La Nation Nishnawbe Aski a vu sa note augmenter de C+ à B-, alors que le Matawa Learning Centre a reçu la seule note plus basse qu'en 2017, passant de A- à B.

L’école Dennis Franklin Cromarty, que fréquentaient les jeunes autochtones avant leur mort, et le Conseil scolaire Northern Nishnawbe ont obtenu reçu une note de A+.

Même chose pour le conseil Keewaytinook Okimakanak, qui dessert six Premières Nations du Nord de l’Ontario.

Lorsqu’on regarde les résultats du rapport de l’an deux, il est clair que les parties ont réellement fait des efforts, a déclaré l’avocat Jonathan Rudin, le directeur de programme d'Aboriginal Legal Services.

Le travail deviendra plus ardu dans les prochaines années parce que les parties devront s’attaquer aux recommandations visant quelques-uns des problèmes systémiques auxquels les jeunes des Premières Nations font face dans le Nord.

Jonathan Rudin, le directeur de programme d'Aboriginal Legal Services

Pas d’évaluation des progrès de la police

Le Service de police de Thunder Bay (SPTB), qui a été récemment critiqué par Gerry McNeilly, le Directeur indépendant de l’examen de la Police, n’a pas reçu de note, malgré des efforts assidus pour mettre en œuvre les 10 recommandations qui le visaient.

Dans son rapport publié en décembre 2018, M. McNeilly a notamment indiqué que les enquêtes sur la mort de quatre des sept jeunes n’avaient pas été menées adéquatement.

Si les jurés avaient connu cette information, ils auraient eu des recommandations très différentes pour le Service de police de Thunder Bay, a expliqué M. Rudin.

Nous pensons que ce serait inapproprié de donner une note au Service de police de Thunder Bay pour son travail [concernant les recommandations du coroner] alors que le travail fondamental d’un corps policier, ils n’ont pas été capables de le faire dans plusieurs de ces cas.

Jonathan Rudin, le directeur de programme pour Aboriginal Legal Services
Portrait d'un homme.

Jonathan Rudin indique qu'il continuera de surveiller la police de Thunder Bay et recommencera à lui donner une note lorsque la communauté indiquera qu'elle fait de nouveau confiance aux policiers concernant leurs relations avec les Autochtones.

Photo : CBC/Jody Porter

Évidemment, les conclusions [de McNeilly] sur les problèmes au Service de Police de Thunder Bay sont très troublantes, a affirmé sa collègue Caitlyn Kasper. Les familles veulent savoir si ces enquêtes déficientes seront rouvertes.

Le SPTB n’était pas disponible pour commenter mercredi parce que les hauts dirigeants et les membres de la Commission des services policiers suivaient une formation recommandée par la Commission civile de l’Ontario pour la police.

Avec les informations de CBC

Autochtones

Justice et faits divers