•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des cellules immunitaires seraient impliquées dans l’hypertension artérielle

Illustration d'un vaisseau sanguin.
Illustration d'un vaisseau sanguin. Photo: iStock
Alain Labelle

Certaines cellules immunitaires seraient impliquées dans le contrôle de la pression artérielle, montrent des travaux de scientifiques français et écossais réalisés sur des souris et des humains.

Les cellules en question? Les macrophages. L’équipe de Pierre-Louis Tharaux de l’INSERM a décrit leur rôle central dans le contrôle du taux d’endothéline-1, une molécule produite par l’organisme qui favorise la contraction des vaisseaux sanguins et renforce par le fait même la pression artérielle.

L'hypertension

  • La pression artérielle correspond à la force avec laquelle le sang est pompé par le cœur contre les vaisseaux sanguins.
  • Cette force rend la circulation sanguine possible, ce qui permet d’acheminer les nutriments et l’oxygène aux organes et aux tissus à travers le corps.
  • L'hypertension artérielle, qui frappe 40 % des Canadiens âgés de 56 à 65 ans, se produit lorsqu’il y a trop de pression sur les vaisseaux sanguins, ce qui peut endommager les vaisseaux sanguins et les organes.
  • À long terme, elle est un important facteur de risque pour plusieurs maladies, notamment cardiaques et vasculaires, mais aussi rénales.
  • Ses origines sont multiples : l’hérédité, le surpoids, la sédentarité, le tabagisme, l'alimentation et le vieillissement.

Un nouveau facteur de risque

Depuis quelques années, de plus en plus de données laissent à penser que l’immunité joue aussi un rôle dans l’apparition de l’hypertension.

L’équipe du Pr Tharaux a donc concentré ses recherches sur les cellules macrophages qui sont déjà reconnues pour leur rôle de nettoyeurs de débris cellulaires et d’agents pathogènes.

Lorsque nous avons génétiquement supprimé les macrophages chez les souris, nous avons observé que celles-ci présentaient alors une susceptibilité accrue à l’hypertension artérielle.

Pierre-Louis Tharaux

Selon les chercheurs, les macrophages joueraient un rôle de régulation de la concentration d’endothéline-1 produite par les cellules de la couche la plus interne des vaisseaux sanguins, appelée l’endothélium vasculaire.

Ils moduleraient la réponse constrictrice des vaisseaux (la contraction), et donc la pression artérielle.

Chez les humains

Des chercheurs écossais de l’Université d’Édimbourg se sont de leur côté attardés aux cas de personnes souffrant de maladies inflammatoires des petits vaisseaux, avec un vieillissement cardiovasculaire et rénal accéléré.

Ces patients présentaient des taux sanguins d’endothéline-1 élevés et étaient fréquemment hypertendus.

Ceux-ci étaient traités par des médicaments immunosuppresseurs dont certains diminuent la quantité de macrophages et de leurs précurseurs (les monocytes) et d’autres non.

Les médecins ont eu la surprise de constater que l'augmentation de l’endothéline-1 et de la pression artérielle s'observait uniquement chez les patients dont le traitement fait baisser le nombre des monocytes dans le sang, comme les Français l’avaient observé chez la souris.

Vers de nouveaux médicaments

Ces nouvelles connaissances sont confirmées à la suite d’études plus poussées menées sur les humains, les médecins praticiens pourraient éventuellement choisir des traitements immunosuppresseurs selon leur capacité plus ou moins forte à déprimer le taux de macrophages.

Le saviez-vous?

Plus de 7,5 millions de personnes sont atteintes d’hypertension au Canada, et d'autres, soit 7,4 millions de personnes, ont une pression artérielle élevée qui évoluera vers l’hypertension si elles ne prennent pas de mesures préventives (Source : Hypertension Canada)

Le Pr Pierre-Louis Tharaux veut maintenant mieux cerner l’interaction entre l’immunité et les lésions d’organes observées dans les formes sévères d’hypertension.

Le détail de ces travaux est publié dans l’European Heart Journal (Nouvelle fenêtre) (en anglais).

Médecine

Science