•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Il y a 25 ans, on annonçait la fermeture du Collège militaire royal de Saint-Jean-sur-Richelieu

    Bannière avec les mots « Sauvons Saint-Jean » en tête de la manifestation du 13 mars 1994 dénonçant la fermeture du Collège militaire royal
    Le 22 février 1994, le gouvernement fédéral annonçait la fermeture du Collège militaire royal de Saint-Jean-sur-Richelieu Photo: Radio-Canada
    Radio-Canada

    Il y a 25 ans, le gouvernement fédéral annonçait la fermeture du Collège militaire royal situé à Saint-Jean-sur-Richelieu. La disparition du seul établissement de formation en français d'élèves-officiers militaires provoque une vive contestation au Québec et dans la région du Haut-Richelieu comme le montrent nos archives.

    Une annonce qui secoue le Haut-Richelieu et le Québec

    L’atmosphère est morose à la Chambre des communes du Canada le 22 février 1994.

    Le ministre des Finances du gouvernement de Jean Chrétien, Paul Martin, vient de déposer son budget. Il contient une réduction considérable des dépenses de l’État fédéral.

    À lui seul, le ministère de la Défense fait l’objet d’une ponction de 7 milliards de dollars en cinq ans. Le ministère perdra 16 500 postes et réduira ou réaménagera 11 bases militaires.

    Deux des victimes de ces compressions budgétaires sont le Collège militaire royal de Saint-Jean-sur-Richelieu et la base militaire de Saint-Jean.

    Téléjournal, 23 février 1994

    Comme le confirme un reportage de la journaliste Line Pagé présenté au Téléjournal du 23 février 1994 et qu’anime Bernard Derome, le Collège va être fermé dès 1995.

    La taille de la base militaire qui existe aussi à Saint-Jean-sur-Richelieu sera fortement réduite.

    Or le Collège, créé en 1952, est un pilier de l’économie du Haut-Richelieu.

    Sa fermeture entraînera la disparition de 3000 emplois directs et indirects. La région du Haut-Richelieu perdra l’équivalent de 100 millions de dollars.

    La fermeture du Collège militaire de Saint-Jean-sur-Richelieu crée un autre malaise de nature politique cette fois-ci. L'institution est la seule à former des officiers militaires en français au Canada.

    On s’interroge. Une fois celle-ci disparue, où sera dispensée la formation francophone des élèves-officiers?

    Malgré les assurances du ministre de la Défense David Collenette que le Collège militaire royal de Kingston en Ontario sera transformé en institution bilingue, le scepticisme règne chez les militaires et les politiciens.

    La résistance s'organise

    Dans la région du Haut-Richelieu, la résistance s’organise rapidement.

    Téléjournal, 13 mars 1994

    Le 13 mars 1994, comme le rapporte la journaliste Geneviève Asselin dans un reportage présenté au Téléjournal et qu’anime Michèle Viroly, ce sont 2000 manifestants qui défilent dans les rues de Saint-Jean-sur-Richelieu pour exiger l’abandon de la fermeture du collège.

    Les gens de la région reçoivent l’appui de plusieurs politiciens. Par exemple, le chef de l’opposition officielle à Ottawa, Lucien Bouchard, dénonce la décision du gouvernement de Jean Chrétien.

    Celle-ci, martèle Lucien Bouchard, prive le Québec d’une institution d’enseignement militaire dont il pourrait avoir besoin une fois qu'il sera souverain.

    Et pour ajouter l'insulte à l'injure, les Québécois continuent d'envoyer le même montant d'impôt à Ottawa, alors qu'on démantèle des services essentiels pour la population francophone.

    Mais le gouvernement de Jean Chrétien ne fléchit pas.

    Le collège est officiellement fermé en 1995 même si certaines activités continuent de s'y dérouler .

    Des cours de formation et de perfectionnement militaire y sont offerts. Le site accueille également l’École des langues de la Chambre des communes.

    Le Collège renaît

    En 2006, le Parti conservateur de Stephen Harper remporte les élections fédérales.

    Une des promesses conservatrices faites pendant la campagne électorale a été la réouverture du Collège militaire royal de Saint-Jean-sur-Richelieu.

    Le gouvernement Harper annule la décision du gouvernement Chrétien en 2007.

    Le 24 mai 2008, Saint-Jean-sur-Richelieu assiste à un défilé qui souligne avec fanfare et trompette la réouverture du Collège. Le ministère de la Défense a mis le paquet pour organiser cette cérémonie.

    Téléjournal, 24 mai 2008

    Comme l'indique la journaliste Chu Anh Pham dans un reportage présenté le 24 mai 2008 au Téléjournal et qu’anime Geneviève Asselin, la gouverneure générale du Canada, Michaëlle Jean, de même que deux ministres du gouvernement fédéral sont présents.

    Dès septembre 2008, le Collège militaire de Saint-Jean-sur-Richelieu accueille 200 étudiants qui reçoivent une formation collégiale. Le Collège n’a cependant pas récupéré son statut universitaire, ce que déplorent plusieurs personnalités du Haut-Richelieu.

    En 2018,123 élèves-officiers ont reçu leurs diplômes d’études collégiales au Collège royal militaire de Saint-Jean-sur-Richelieu.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Société