•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mine de lithium : Québec pourrait autoriser le projet Authier, en Abitibi, sans BAPE

Le ministre québécois de l'Économie, Pierre Fitzgibbon, lors d'une période de questions à l'Assemblée nationale.
Le ministre québécois de l'Économie, Pierre Fitzgibbon, lors d'une période de questions à l'Assemblée nationale Photo: La Presse canadienne / Jacques Boissinot
Thomas Deshaies
Thomas Gerbet

Même si les partis d'opposition et les organismes environnementaux tentent de maintenir la pression sur le gouvernement Legault pour qu'il soumette le projet Authier de la minière Sayona au Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE), Québec ira de l'avant sans évaluation environnementale, s'il le peut.

Le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, a fait savoir que le gouvernement tenterait de « voir [s’il] peut se servir des règles » pour donner le feu vert au projet de mine de lithium à ciel ouvert proche de l'esker Saint-Mathieu-Berry, une formation géologique qui permet d’alimenter les citoyens en eau potable.

« On va pas se soustraire aux règles. Il faut les respecter. […] On va essayer de voir si on peut aller sans BAPE […] dans un contexte où ça peut se faire », a-t-il précisé.

« On a fait l'analyse environnementale quand même : on a un esker, on a la mine, et nos experts nous disent qu'il n'y a pas d'enjeux environnementaux », a déclaré le ministre Fitzgibbon mercredi, à la sortie d’une séance du conseil des ministres.

« Si le ministre [de l’Environnement] conclut qu’il n’y a pas de problèmes environnementaux, selon nos recherches, et qu’on est en bas de 2000 tonnes [d’extraction de minerai], il n’y a pas de BAPE », a-t-il résumé.

De son côté, le ministre de l'Environnement, Benoit Charette, a fait savoir qu'il annoncerait son intention d'ici quelques jours ou quelques semaines pour laisser le temps aux fonctionnaires du Ministère de terminer leur analyse du dossier.

Selon nos informations, le ministre de l'Environnement a l'intention d'annoncer sa décision d'ici deux à trois semaines, ce qui tomberait en pleine relâche parlementaire.

Front commun des partis d’opposition

Mercredi, le Parti libéral du Québec, Québec solidaire et le Parti québécois, accompagnés de citoyens de l'Abitibi-Témiscamingue, de groupes environnementaux et d'artistes, ont demandé au gouvernement de procéder à une évaluation du BAPE.

Les partis d'opposition se sont dits déçus par les explications fournies par le ministre Charette. C'était un déluge de mots, mais aucune indication sur la suite des choses, a déploré Marie Montpetit, porte-parole en matière d'environnement pour le Parti libéral du Québec, lors d'un point de presse.

Le projet Authier suscite une vaste mobilisation citoyenne depuis près d'un an en raison de sa proximité avec l'esker Saint-Mathieu-Berry, l'une des sources d'eau potable les plus pures au monde.

La volonté de la minière d'éviter le BAPE en façonnant un projet juste en dessous du seuil de 2000 tonnes par jour irrite plusieurs groupes. De cette manière, le projet ne serait pas automatiquement soumis au BAPE.

Mobilisation dans le dossier de la minière SayonaLa solidaire Émilise Lessard-Therrien, en compagnie d'élus des autres partis d'opposition, de citoyens, d'écologistes et d'artistes, demande un BAPE Photo : Radio-Canada

Rappelons que le gouvernement peut toutefois user de son pouvoir discrétionnaire pour soumettre le projet Authier au BAPE en raison des enjeux environnementaux et des préoccupations citoyennes, nonobstant la capacité maximale d'extraction.

Nous avons devant nous un gouvernement qui a un très gros déficit de crédibilité en matière d'environnement. Ce serait une belle occasion de poser un geste fort qui pourrait redorer sa crédibilité, a déclaré Sylvain Gaudreault, porte-parole du Parti québécois en matière d'environnement.

J'ai une petite leçon de politique à lui donner. Il a un dossier consensuel devant lui, qu'il aille de l'avant, s'est exclamé le péquiste Sylvain Gaudreault.

On ne se laissera pas passer un sapin par une multinationale qui maquille ses chiffres pour éviter de passer au BAPE. [...] L'Abitibi-Témiscamingue, ce n'est pas le far west!

Émilise Lessard-Therrien, députée solidaire

Le gouvernement caquiste doit commencer à respecter l'environnement et la volonté des citoyens. Notre région veut un BAPE, s'est quant à elle exclamée la députée de Rouyn-Noranda-Témiscamingue, Émilise Lessard-Therrien.

Le porte-parole du comité citoyen de La Motte, où serait situé le projet, Paul Lafrenière, espère que le gouvernement ne fera pas durer plus longtemps le suspense. Dans un village comme le nôtre, plus c'est long, plus les gens commencent à se chicaner, a-t-il déclaré en point de presse.

Le porte-parole national des citoyens, Raôul Duguay, estime que les consultations publiques menées par Sayona n'étaient pas idéales pour la vie démocratique. Je défends la démocratie, la beauté de la nature et je défends ce joyau qui est une fierté dans le patrimoine de l'Abitibi, a-t-il déclaré en point de presse.

Le ministre de l'environnement discute avec des gens, dont Raôul Duguay.Les groupes citoyens de l'Abitibi-Témiscamingue et leur porte-parole, Raôul Duguay, ont rencontré le ministre de l'Environnement, Benoit Charrette, au sujet du projet de mine de lithium Authier, situé à La Motte, en Abitibi. Photo : gracieuseté

Au BAPE automatiquement?

Radio-Canada a dévoilé mardi matin qu'une étude laisse sous-entendre que le projet Authier pourrait être assujetti automatiquement au BAPE. Selon les documents consultés par Radio-Canada et obtenus par le biais d'une demande d'accès à l'information par le comité citoyen de protection de l'esker, Sayona Québec prévoit extraire 775 000 tonnes de minerai la septième année, soit une capacité de 2123 tonnes par jour.

Sayona ne prévoit, à aucun moment au cours des 18 années d'exploitation, sortir de la mine et traiter au concentrateur plus de 2000 tonnes par jour.

Serge Rouillier, directeur du développement durable pour Sayona Québec

La compagnie minière maintient qu'elle n'a pas à se soumettre à l'examen du BAPE. Dans un courriel envoyé à Radio-Canada, mercredi, Sayona affirme qu'en aucun temps, la quantité qui sera extraite de la fosse ne dépassera la quantité autorisée par le ministère de l'Environnement.

Minerai en réserve

L'entreprise considère qu'il ne faut pas inclure dans le calcul les quantités de minerai qu'elle gardera en réserve, ce qui la placerait au-dessus de la limite légale des 2000 tonnes par jour.

Ces matériaux seront dynamités dans un but opérationnel et non pour augmenter la quantité de minerai qui sera traitée au concentrateur, explique Sayona.

La loi québécoise prévoit qu'un projet est assujetti au BAPE si sa capacité de traitement dépasse les 2000 tonnes par jour, mais également si sa capacité d'extraction maximale dépasse 2000 tonnes par jour.

Abitibi–Témiscamingue

Politique provinciale