•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Des études sur le glyphosate révisées secrètement par Monsanto

    Le reportage de Sylvie Fournier, de l'émission « Enquête »
    Sylvie Fournier

    Une firme canadienne a recruté des scientifiques pour défendre le glyphosate, une substance classée comme cancérigène probable. Or, leurs travaux ont été révisés secrètement par le géant de l'agrochimie Monsanto, montrent des documents confidentiels consultés par Enquête.

    En mars 2015, Monsanto a un problème.

    Le Centre international de recherche sur le cancer, une agence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), vient de classer le glyphosate comme un « cancérigène probable ».

    Monsanto est inquiet, car la substance est l’ingrédient actif de son produit vedette : le Roundup. Cet herbicide est le plus vendu dans le monde, y compris au Canada. Ses ventes représentent un marché de plusieurs milliards de dollars.

    Aussitôt, Monsanto qualifie la décision de « science poubelle » et contre-attaque, révèlent des documents internes du fabricant rendus publics dans le cadre d’un procès aux États-Unis et consultés par Radio-Canada.

    La stratégie de Monsanto est de « remettre en question la pertinence » du Comité international de recherche sur le cancer, selon un document interne. Des cadres de la compagnie envisagent la publication d’articles scientifiques pour contredire les résultats de l’agence onusienne.

    Monsanto fait alors appel à Intertek, une firme de consultants basée à Mississauga, en Ontario, pour mettre sur pied un panel d’experts « indépendants » et coordonner leurs travaux.

    Pour limiter les frais, le responsable de la sécurité des produits chez Monsanto suggère dans un courriel que les scientifiques de la compagnie rédigent eux-mêmes les études. Ensuite, les noms de chercheurs indépendants seraient ajoutés.

    On réduirait les coûts en faisant nous-mêmes la rédaction. [Des chercheurs] ne feraient que réviser et signer en quelque sorte.

    Un cadre de Monsanto

    En septembre 2016, les 15 chercheurs de renom recrutés par Intertek concluent unanimement que le glyphosate n’est pas cancérigène.

    La main invisible de Monsanto

    Le logo de Monsanto devant les bureaux de l'entrepriseBureaux de Monsanto aux Pays-Bas en 2016 Photo : Getty Images / Peter-Braakmann

    Des courriels entre Intertek et Monsanto montrent que le fabricant du Roundup a suivi attentivement l’évolution de certains de ces articles et en a même rédigé des passages.

    « Merci pour le chapitre sur les expérimentations animales, j’avais déjà écrit une introduction, reste à savoir qui en sera l’auteur, toi ou Gary? », écrivait le 6 janvier 2016 le responsable de la sécurité des produits chez Monsanto, William Heydens.

    À propos d’un autre article, il ajoute :

    • « Il faut parler de la version finale parce que ce n’est pas exactement ce à quoi je m’attendais. »

    Un mois plus tard, Intertek soumet à Monsanto le manuscrit d’un troisième article de la part du groupe d’épidémiologie :

    • « S’il te plaît, jette un coup d’oeil à ce qu’il y a de neuf. »

    Monsanto répond :

    • « J’ai lu tout le document et j’ai indiqué ce que je crois peut rester et ce qui peut être enlevé. »

    Malgré ces échanges, « aucun employé de Monsanto n’a révisé le manuscrit avant publication », ont tous affirmé les auteurs dans leur déclaration d’intérêt accompagnant leurs publications.

    « Fraude scientifique »

    « C’est de la fraude scientifique », s’insurge l’avocat Brent Wisner rencontré par Enquête dans ses bureaux de Los Angeles, en Californie.

    Me Wisner est celui qui a réussi à obtenir ces courriels internes dans le cadre d’une poursuite contre Monsanto aux États-Unis. Et il a gagné sa cause : Monsanto a été condamné pour avoir caché des liens possibles entre le Roundup et le cancer.

    C’est une stratégie empruntée aux compagnies de tabac : manipuler la science pour discréditer la bonne science.

    L’avocat Brent Wisner

    Monsanto fait maintenant appel du jugement, estimant qu’il ne reflète pas l’état de la science. Le fabricant continue d’affirmer que son produit est sans danger.

    L’avocat Brent Wisner qui plaide devant la courL’avocat Brent Wisner lors du procès contre Monsanto à San Francisco en juillet 2018 Photo : Reuters / Josh Edelson

    En septembre 2018, l’éditeur de la revue scientifique qui a publié les articles coordonnés par Intertek a conclu à la suite d’une enquête que les auteurs n’avaient pas déclaré adéquatement la contribution de Monsanto ainsi que leurs liens avec la compagnie.

    Depuis, certains auteurs ont admis que des changements mineurs ont été apportés par le fabricant. Monsanto n’a toutefois eu aucune influence sur leurs conclusions, disent-ils.

    Tous ont présenté des excuses.

    Bien que le panel de 15 chercheurs ait été présenté comme indépendant, deux des auteurs ont reconnu avoir été payés directement par Monsanto pour leur participation. Dix autres ont été consultants pour le fabricant dans le passé, a découvert Enquête.

    Intertek a refusé de répondre aux questions de Radio-Canada, invoquant la suite des procédures judiciaires contre Monsanto aux États-Unis, bien que la firme n’y soit pas directement impliquée.

    De son côté, Monsanto a reconnu lors du procès que l’idée d’écrire des articles a été évoquée, mais soutient que cela n’a pas été mis à exécution.

    Documents internes

    Voici des courriels internes entre Monsanto et la firme canadienne Intertek rendus publics lors du procès aux États-Unis.

    Des révélations « inquiétantes »

    En 2015, l’un des chercheurs les plus respectés au pays avait été choisi par le Comité international de recherche sur le cancer pour étudier le glyphosate. Il s’agit de John McLaughlin, scientifique en chef de la Santé publique de l’Ontario.

    Les révélations que l’on retrouve dans ce que l’on appelle maintenant les Monsanto Papers sont « inquiétantes », estime-t-il.

    J’émettrais de sérieuses inquiétudes sur la qualité et l’intégrité de ces publications.

    John McLaughlin, scientifique en chef de la Santé publique de l’Ontario

    Spécialiste en épidémiologie, John McLaughlin défend la classification du glyphosate comme un cancérigène probable pour les humains. Cette décision a été prise d’une manière rigoureuse et appuyée par l’ensemble de la recherche indépendante et révisée par les pairs, « c’était solide comme le roc », dit-il.

    Des chercheurs posent pour la caméraLes chercheurs choisis par le Comité international de recherche sur le cancer en mars 2015, à Lyon, en France. Pièce déposée au procès américain contre Monsanto. Photo : Courtoisie

    Santé Canada maintient son approbation

    Santé Canada s’est largement basé sur des études et des documents soumis par l’industrie pour maintenir l’homologation du glyphosate en 2017.

    Le ministère annonçait d’ailleurs en janvier dernier qu’il maintenait cette décision jusqu’en 2032, malgré les révélations contenues dans les Monsanto Papers.

    Santé Canada a ainsi rejeté huit avis d’opposition déposés par des universitaires, des médecins et des groupes environnementaux canadiens qui souhaitent que la décision soit revue par un comité scientifique indépendant. Ces objections n’ont « pas suscité de doute ni de question quant au fondement scientifique de la décision de réévaluation », a fait savoir le ministère.

    Le gouvernement canadien fait fausse route, estime l’avocat Brent Wisner, qui est venu à Ottawa en janvier dernier pour sensibiliser les parlementaires au danger du glyphosate.

    « On ne sait pas sur quoi se base le jugement scientifique [de Santé Canada] », puisque les études de l’industrie n’ont pas été révisées par un comité indépendant, dit-il, ajoutant que c’est une question de santé publique.

    Santé Canada a refusé d’accorder une entrevue à Enquête. Bien que le ministère cite certaines des publications controversées dans ses documents officiels, il précise qu’elles n’ont eu aucune influence sur sa décision de maintenir l’approbation du glyphosate jusqu’en 2032.

    À voir

    Regardez « La piste canadienne des Monsanto Papers » de l’émission Enquête.

    L’histoire se répète

    Ce n’est pas la première fois que Monsanto se tourne vers une firme ontarienne pour défendre le glyphosate.

    L’ancêtre d’Intertek, la firme Cantox, avait aussi collaboré avec Monsanto, notamment pour un article considéré par le géant de l’agrochimie comme une référence de premier ordre.

    Publiée en 2000, l’étude conclut que le « Roundup ne pose aucun risque pour la santé humaine ». L’article a depuis été cité des centaines de fois dans la littérature scientifique.

    Des employés de Monsanto auraient écrit eux-mêmes cette recherche, si on se fie aux courriels internes de la compagnie.

    En 2015, alors que Monsanto discutait de la possibilité d’utiliser des prête-noms, un cadre de la compagnie écrivait ceci : « Rappelez-vous, c’est ce que nous avions fait avec Williams, Kroes & Munro, 2000 ».

    Article scientifiqueL’article de Williams, Kroes & Munro déposé en preuve au procès américain contre Monsanto. Photo : Courtoisie

    Le principal auteur, Gary Williams, réfute ces allégations.

    Appelé à témoigner lors d’un procès récent aux États-Unis, l’employé de Monsanto qui a écrit ce courriel litigieux a affirmé sous serment avoir procédé seulement à des changements mineurs, par souci de clarté.

    Or, dans un mémo de Monsanto datant de 2000, une cadre haut placée remercie plusieurs de ses employés d’avoir « colligé les données », mais aussi pour leur travail de « rédaction et de révision ». Elle ajoute que cet article pourra être utilisé pour défendre le Roundup… et accroître leurs ventes.

    Le fabricant nie catégoriquement avoir influencé des études sur le glyphosate.

    Fusionné à la firme de consultants Intertek, Cantox n’existe plus.

    Vers des poursuites au Canada?

    Dans une mise en scène, des manifestants tirent vers le sol un vaporisateur géant de Monsanto.Manifestation contre Monsanto devant la Commission européenne, à Bruxelles, en 2017 Photo : Reuters / Yves Herman

    Monsanto a été acquis par Bayer en 2018. La valeur des actions de la compagnie a chuté de près du tiers depuis sa condamnation par un tribunal américain l’été dernier.

    La multinationale maintient encore aujourd’hui que le verdict qui associe le glyphosate à une forme particulière de cancer, le lymphome non hodgkinien, ne reflète pas l’état de la science.

    Sept autres procès sont prévus cette année aux États-Unis et des milliers d’autres sont en attente depuis le classement du glyphosate comme un cancérigène probable.

    Des victimes pourraient éventuellement se manifester au Canada. L’organisme Safe Food Matters, appuyé par le groupe Prevent Cancer Now, vient de déposer une poursuite devant la Cour fédérale pour contester la décision de Santé Canada de maintenir l’homologation du glyphosate sans avoir fait appel à des experts indépendants.

    Pour sa part, John McLaughlin estime que la recherche subit aussi les contrecoups des attaques de Monsanto contre la science. « Ce débat intense sur un seul pesticide occulte le fait qu’il ne se fait pas de recherche de qualité sur ce sujet en ce moment », se désole le scientifique en chef de l’Ontario.

    Avec la collaboration de Gil Shochat et de Gaétan Pouliot

    Retrouvez tous les contenus de l'émission Enquête

    Santé publique

    Société