•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des travailleurs locaux soutiennent le pipeline Coastal GasLink malgré la controverse

Un groupe de manifestants est réuni en appui à la nation Wet'suwet'en.
La Première Nation Lake Babine Forest manifeste en appui à la nation Wet'suwet'en, dont certains membres s'opposent à la construction d'un pipeline sur leur territoire traditionnel. Photo: La Presse canadienne / Darryl Dyck
Radio-Canada

Malgré la controverse entourant la construction du gazoduc Coastal GasLink dans le nord de la Colombie-Britannique, la compagnie responsable du projet assure avoir l'appui de nombreux travailleurs locaux.

Depuis le début de l’année, les responsables de Coastal GasLink ont organisé des événements de réseautage et des salons de l’emploi dans les municipalités et les communautés autochtones du nord de la province. L’objectif est de permettre à ceux qui cherchent un emploi d’entrer en contact avec les entrepreneurs impliqués dans la construction du pipeline.

Une membre de la Première Nation Blueberry River, Judy Desjarlais, s'est rendue à Prince George pour participer à l'un de ces événements. En tant que propriétaire d'une entreprise qui nettoie les terrains avant le début de travaux de construction, elle est à la recherche de nouvelles perspectives d'emplois. « J'ai beaucoup apprécié que TransCanada et Coastal GasLink aient consulté les Premières Nations et souhaitent redonner à notre communauté, affirme-t-elle. Il est temps de commencer la construction. »

La conseillère en communications pour Coastal GasLink, Suzanne Wilton, soutient que les politiques de recrutement de l’entreprise donnent la priorité aux travailleurs locaux. Selon elle, des milliers de rencontres entre des employeurs et de potentiels employés ont eu lieu dans ces événements et certaines ont mené à des offres d’emploi.

Le directeur des affaires publiques de Coastal GasLink, Kiel Giddens, ajoute que l’entreprise souhaite améliorer ses relations avec les communautés autochtones. « Nous allons continuer de travailler localement pour trouver des solutions qui conviennent aux chefs héréditaires, mais aussi aux membres de la communauté qui bénéficieraient vraiment de ce projet », indique-t-il.

Kiel Giddens affirme que la construction du gazoduc, qui doit durer quatre ans, créera 2500 emplois. De plus, Coastal GasLink a annoncé que des contrats d’une valeur de 620 millions de dollars seront attribués à des compagnies autochtones.

Un projet contesté

La construction du pipeline Coastal GasLink vise à transporter du gaz naturel vers les installations de LNG Canada qui doivent être construites à Kitimat, sur la côte du nord de la province.

Le tracé du gazoduc traverse le territoire traditionnel de la Première Nation Wet'suwet'en, où 14 personnes ont été arrêtées le mois dernier pour avoir bloqué l’accès au chantier, malgré une injonction.

Depuis les arrestations, les opposants au projet ont obtenu du soutien à travers tout le pays. Plusieurs célébrités leur ont aussi manifesté leur appui, dont Leonardo DiCaprio et des membres du groupe Arcade Fire.

Le projet Coastal GasLink est de retour devant les tribunaux mercredi pour des audiences sur une injonction contre les chefs héréditaires de la nation Wet'suwet'en et les membres du camp Unist'ot'en.

Avec des informations d'Andrew Kurjata

Colombie-Britannique et Yukon

Industrie minière