•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec veut mettre fin aux projets pilotes dans l'industrie du taxi

Des chauffeurs de taxis avec des pancartes regroupés devant le château Frontenac.
Archives : Des chauffeurs du Regroupement des intermédiaires de taxi de Québec (RITQ) manifestent à Québec en janvier 2018. Photo: Radio-Canada / Cimon Leblanc
Radio-Canada

Le ministre des Transports du Québec, François Bonnardel, veut adopter un projet de loi pour moderniser l'industrie du taxi et réglementer les nouvelles applications mobiles dans ce secteur. Le ministre promet que cette loi à venir mettra fin aux projets pilotes et allégera le fardeau administratif, réglementaire et financier des entrepreneurs.

Par ce projet de loi qu'il entend déposer dans les semaines à venir, le ministre Bonnardel veut également favoriser l'innovation.

« Il est hors de question pour moi ou notre gouvernement de chasser les nouvelles innovations du Québec sous prétexte qu'elles ne concordent pas avec nos vieilles lois », a déclaré le ministre Bonnardel mercredi à l'Assemblée nationale.

« C'est à nous d'adapter notre environnement tout en respectant les joueurs déjà présents », a-t-il ajouté.

Le gouvernement de François Legault veut réformer l'industrie du transport rémunéré de personnes par automobile et la rendre « équitable ». « Tout le monde doit jouer selon les mêmes règles », a martelé François Bonnardel.

Le gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) compte abolir les projets pilotes qui créent de l'incertitude dans l'ensemble de l'industrie, selon François Bonnardel. Ces projets pilotes étaient, toujours selon le ministre des Transports, la façon qu'avait le précédent gouvernement « de repousser les décisions importantes à plus tard ».

« Le Parti libéral n'a pas eu le courage dans les quatre dernières années, aucun courage, de moderniser cette industrie », a rétorqué M. Bonnardel après que le porte-parole libéral des transports, Gaétan Barrette, eut critiqué « ce procès des projets pilotes ».

Quelles conséquences aura cette future loi?

Selon Gaétan Barrette, le gouvernement de la CAQ poursuit des projets pilotes qu'avaient lancés les libéraux dans le domaine de la santé. Et, dans le domaine du transport, « les projets pilotes étaient demandés par le milieu, qui voulait vivre une transition qui soit constructive », dit-il.

Gaétan Barrette reproche aussi à François Bonnardel de ne pas avoir abordé, dans sa déclaration ministérielle, l'enjeu des propriétaires de taxi qui subiront l'impact de la nouvelle réglementation.

L'usager d'abord, dit François Bonnardel

Le ministre des Transports veut placer « l'usager », et non « les lobbys », au centre de sa future loi. Les usagers doivent bénéficier de services compétitifs et accessibles, dit M. Bonnardel.

Une intention qu'approuve la députée de Québec solidaire, Ruba Ghazal, qui y va cependant de cette mise en garde : « Il ne faut pas oublier les victimes, souvent, de cette modernisation-là qui sont les travailleurs et chauffeurs de taxi du modèle traditionnel. »

Un « infâme » projet de loi adopté sous le bâillon

La députée de Mercier soutient par ailleurs que le « chaos » qui règne dans l'industrie provient de « l'infâme projet de loi 100 qui a été adopté sous le bâillon par le gouvernement précédent ». Ruba Ghazal, dénonce le fait que les libéraux de Philippe Couillard « avaient choisi de favoriser Uber par des projets pilotes à la pièce ».

Catherine Fournier du Parti québécois a dit espérer que le gouvernement agira dans ce dossier « qui a été laissé pour compte ces dernières années ».

« On a tous vu les conséquences humaines, graves, sur la vie des chauffeurs de taxi », a affirmé la députée de Marie-Victorin.

Un téléphone intelligent affichant le logo d'Eva aux côtés d'un téléphone à cadran.La coopérative Eva veut transformer le modèle d'affaires des entreprises de transport alternatif. Photo : Radio-Canada

En attendant la loi...

Depuis l'arrivée au pouvoir du gouvernement de la CAQ, « quatre décisions urgentes ont été prises pour régulariser certaines situations », a expliqué le ministre Bonnardel, soit :

  • la poursuite du projet pilote d’Uber;
  • la reconduction du projet pilote favorisant les services de transport par taxi électrique;
  • la reconduction du projet pilote associé à l’application mobile de Taxi Coop à Québec;
  • l'autorisation, accordée le mois dernier, à la coopérative québécoise EVA pour l'exploitation de son entreprise au Québec, selon les règles du projet pilote.

Politique provinciale

Politique