•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prostitution juvénile : 5 arrestations, dont un enseignant de l'école secondaire des Sentiers

Un homme qui paie pour obtenir des services sexuels.
Un homme qui paie pour obtenir des services sexuels. Photo: Radio-Canada
Alain Rochefort

Cinq hommes, dont un enseignant de 24 ans, ont été arrêtés ces dernières semaines à Québec pour avoir tenté d'obtenir les services sexuels d'adolescents de moins de 18 ans moyennant rétribution.

Raphaël Beaumont, 24 ans, travaillait à la Commission scolaire des Premières-Seigneuries, à l'école secondaire des Sentiers, dans le secteur de Charlesbourg. Il enseignait l'anglais en 1re, 3e et 5e secondaire depuis octobre 2017.

Il a été relevé de ses fonctions, confirme l'organisme qui avait vérifié ses antécédents judiciaires avant de l'embaucher. M. Beaumont montrait alors patte blanche.

Enseignant accusé de prostitution juvénile : la réaction de la Commission scolaire des Premières-Seigneuries

Tous les élèves de M. Beaumont ont été rencontrés par une équipe de psychoéducateurs dépêchée à l'école depuis mercredi après-midi. Ceux-ci peuvent également accompagner les parents des élèves.

L'extérieur du bâtiment de l'école secondaire des Sentiers à Québec, en février 2019L'école secondaire des Sentiers à Québec Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

Scénario pour attirer les clients

L'opération de la police de Québec, qui s'est déroulée au début février, visait à mettre le grappin sur les clients voulant obtenir des services sexuels d’une personne mineure.

Pour y arriver, les enquêteurs ont créé un scénario afin d'attirer des clients, ce qui a mené à l'arrestation des suspects.

Les cinq hommes ont comparu sous des accusations de leurre informatique et d'avoir tenté d'obtenir, contre rétribution, des services sexuels d'une personne mineure.

En plus de Raphaël Beaumont, 24 ans, les autres accusés sont Thierry Ismael Kamgha Kenkouo, 38 ans, Dave Hamel, 39 ans, Stéphane Fleury, 50 ans, et Miguel Angel Cazares Palacios, 50 ans.

L'accusation la plus importante est celle de leurre, puisqu'elle entraîne automatiquement une peine minimale d'un an de détention en cas de condamnation.

Dans le cas de l'accusation sur la prostitution juvénile, le minimum est de six mois.

Mieux connaître les clients

Le porte-parole de la police de Québec, David Poitras, indique qu'une telle opération permet d'en apprendre davantage à la fois sur les proxénètes, mais aussi sur leur clientèle.

« Notre but, c'est oui s'attaquer aux proxénètes, donc ceux qui font de la traite de personnes, mais également c'est de savoir qui fait affaire avec ces personnes-là », souligne-t-il.

Qui désire obtenir des services sexuels de mineurs? Donc, les clients.

David Poitras, porte-parole de la police de Québec

Conditions à respecter

Les prévenus demeurent en liberté, mais la poursuite a demandé qu'ils respectent une série de conditions.

Ils ne peuvent pas être en présence d'une personne mineure à moins d'être accompagnés d'un adulte au courant des accusations.

Les cinq hommes n'ont pas le droit de fréquenter les hôtels, motels, salons de massage, bars de danseuses ou tout endroit où il y a de la prostitution.

Ils pourront continuer d'utiliser Internet, mais ne pourront fréquenter les réseaux sociaux, les sites de clavardage ou de petites annonces où il est question de prostitution.

Québec

Prostitution