•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le train léger d'Ottawa reste coincé dans la neige

Un train sur des rails enneigés.
Un train léger à la station de l'Université d'Ottawa pendant les essais en février 2019. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Aucun train léger sur rail n'a été mis à l'essai sur la ligne de la Confédération à Ottawa, d'une valeur de 2 milliards de dollars, depuis la tempête de neige de la semaine dernière, ce qui soulève des questions quant à son bon fonctionnement en hiver.

Nous n'avons pas déployé les trains depuis la fin de la tempête mercredi ou jeudi, a confirmé mardi le directeur général d'OC Transpo, John Manconi.

De plus, CBC/Radio-Canada a appris qu'un train léger sur rail est resté coincé entre les gares Hurdman et Lees pendant deux jours à cause de la neige et qu'il a dû être remorqué.

Si un véhicule est resté coincé là à cause des accumulations de neige, c'est probablement la bonne chose à faire parce que vous ne voulez pas endommager le véhicule et le pousser dans la neige, a dit M. Manconi.

Le groupe qui est responsable de l’implantation du train léger a connu de très bonnes journées et des journées très difficiles et cette dernière tempête a été très, très difficile pour eux, a ajouté le dirigeant d'OC Transpo.

Le déneigement a pris des jours

Le modèle de train léger sur rail utilisé sur la ligne de la Confédération, le Citadis Spirit d'Alstom, n'a jamais été utilisé auparavant.

CBC/Radio-Canada a appris que les véhicules d'Alstom ont eu du mal à fonctionner dans quelques centimètres de neige, mais M. Manconi a affirmé ce n'est pas exact.

Lorsqu'on lui a demandé combien de neige pouvait s’accumuler sur les rails sans perturber le fonctionnement du train léger, M. Manconi a répondu : Ça ne dépend pas d’une quantité de neige. Cela varie vraiment en termes de températures et d'autres conditions.

Lorsque la neige s'accumulera sur le tracé de 12,5 kilomètres, il sera déneigé à l'aide d'équipement spécialisé.

John Manconi, le dirigeant d'OC Transpo

Cependant, il a eu quelques problèmes la semaine dernière avec l'entretien hivernal près de la station du pré Tunney.

Les équipes d’entretien sont sorties ce week-end, nettoyant tout le corridor d'un bout à l'autre, a mentionné M. Manconi.

Pour sa part, le conseiller d'Ottawa-Vanier Mathieu Fleury croit que l'incident est bien tombé, étant donné que le train léger n'est pas encore en service.

On a un projet, le plus gros projet de l’histoire d’Ottawa. On prend ça au sérieux. Tout le monde est pénalisé du fait que ce n'est pas ouvert, les usagers, la Ville et puis l'entrepreneur, a-t-il nuancé.

Il estime également que le consortium RTG devra acheter de l’équipement supplémentaire pour déneiger les rails de façon efficace et s’assurer que le système soit fiable.

Troisième retard inévitable

La semaine dernière, le président-directeur général du Groupe de transport Rideau (RTG), Peter Lauch, a déclaré aux conseillers municipaux qu'il prévoyait respecter la date limite de livraison du 31 mars, le troisième objectif de livraison du projet.

Le consortium RTG n’a pas respecté ses échéanciers initiaux. La première échéance de livraison du train léger était le 24 mai 2018. Elle avait été repoussée au 2 novembre de cette année.

En fait, il sera pratiquement impossible de respecter cette date d'échéance.

Seulement 14 des 34 trains sont prêts. Dix d'entre eux n'ont pas de système de communication. Il est difficile de voir comment il y a assez de temps pour que le RTG puisse effectuer 12 jours consécutifs d'essais à temps plein en moins de six semaines.

Maintenant, il semble que la neige pose des défis supplémentaires.

Toutefois, M. Manconi a souligné que ce n'est pas parce que les trains ne sont pas sur les voies ferrées qu'ils ne sont pas soumis à d'autres types d'essais.

Ils font des tests thermiques, ils font les tests de mise à jour du logiciel directement dans le véhicule, a-t-il dit.

Le budget préliminaire d'OC Transpo approuvé

La Commission du transport en commun a approuvé mercredi le budget préliminaire 2019 pour OC Transpo. Ce dernier comprend des investissements dans l’amélioration des services d’autobus et de nouveaux ajouts au parc d’autobus. Il sera examiné lors de la réunion du Conseil municipal du mercredi 6 mars.

Avec les informations de Joanne Chianello et Gilles Taillon

Ottawa-Gatineau

Transport en commun