•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’étude d’impact de GNL Québec déposée aujourd'hui

Conduite de gaz naturel.
Une conduite souterraine de gaz naturel Photo: La Presse canadienne
Radio-Canada

L'étude d'impact environnemental de GNL Québec relativement au projet Énergie Saguenay sera dévoilée mercredi.

GNL Québec veut implanter une usine de gaz liquéfié à Saguenay.

Le document comptera une portion sur le transport maritime et une autre sur le gazoduc qui doit transporter le gaz jusque chez nous. Le transport maritime est traité dans un chapitre complet de l'étude.

Ce n'est pas le cas du gazoduc. La conduite aura sa propre étude puisqu'il s'agit d'un projet complètement indépendant, même s’il est lié à Énergie Saguenay.

L’aspect commun des deux projets, c’est vraiment les gaz à effet de serre et, nous, on l’a traité avec notre analyse de cycle de vie, donc c’est vraiment la vision globale de la chose. On part de l’extraction dans l’Ouest canadien jusqu’à l’exportation sur nos marchés. Ça inclut le transport par gazoduc, explique la directrice des communications chez GNL Québec, Stéphanie Fortin.

Les résultats seront aussi déposés à l'Agence environnementale canadienne et au ministère de l'Environnement du Québec. Ces instances jugeront de la teneur du projet Énergie Saguenay.

Le gaz pourrait être transporté par bateau sur le Saguenay. GNL Québec a donc choisi de se soumettre au processus volontaire Termpol, qui est chapeauté par Transports Canada. Cette analyse permet d’évaluer tout le transport généré par les besoins de l'usine de gaz.

On analyse tout le tracé de navigation. On va analyser également tout le transbordement qui va se faire au quai et quand les bateaux [se] rencontrent. Donc tous les aspects de la navigation sont touchés par le Termpol.

Stéphanie Fortin, directrice des communications, GNL Québec

Après le dévoilement de l’étude d'impact, le projet sera soumis au processus d’audiences publiques.

D'après les informations de Mélissa Savoie-Soulières

Saguenay–Lac-St-Jean

Affaires