•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Feux ou déversements chimiques : Whitehorse a le choix des risques

Deux pompiers avec des hâches tentent de stopper un feu dans une forêt.
Plus de 1000 hectares de forêt avaient brûlé près de Watson Lake, en 2015. Photo: Gouvernement du Yukon
Nelly Albérola

Un nouveau rapport d'évaluation des risques établit les six dangers les plus probables pour la ville de Whitehorse. Sans surprise, les incendies en zone urbaine et les déversements chimiques toxiques arrivent en tête.

Le document du groupe Calian, une société basée à Ottawa, établit 28 types de risques. Cette liste, non exhaustive et présentée au conseil municipal lundi soir, classe les dangers potentiels que la ville pourrait subir dans les années à venir, en les notant sur une échelle de dangerosité allant de 0 à 25.

« Les feux ont un indice de risque de 20 sur 25 », précise le chef adjoint des incendies de Whitehorse, Chris Green.

Le risque le plus élevé dans ce rapport est celui des feux de forêt en zone urbaine.

Chris Green, chef adjoint des incendies à Whitehorse

Sur le podium des dangers naturels viennent ensuite le froid extrême et le risque d’un gros tremblement de terre, avec chacun un indice de 15 sur 25.

Le risque de déversement chimique ou d’exposition à des matières dangereuses est le danger le plus élevé pour des humains à Whitehorse, suivi des risques d’incendie domestique ou industriel et des problèmes de transport routier. Le rapport pointe du doigt qu'en cas de fermeture des routes, les habitants seraient rapidement en manque de ravitaillement.

Des solutions en chemin

Maintenant que ces dangers potentiels sont identifiés, les responsables entendent se concentrer sur les six dangers les plus importants pour établir un plan d’urgence plus approprié. « Nous sommes déjà en action, souligne Chris Green. Nous voulons que la ville soit prête à gérer ces principaux risques, même si nous ne pourrons jamais empêcher que certains d'entre eux se produisent. »

Nous allons tester différents plans de survie et d’évacuation cette année pour être prêts.

Chris Green, chef adjoint des incendies à Whitehorse.

Le chef adjoint assure que d’ici à la fin de l’année, un « plan directeur d'urgence sera là où il doit être. »

Le rapport est disponible sur le site de la Ville de Whitehorse (Nouvelle fenêtre) (uniquement en anglais).

Grand-Nord

Incidents et catastrophes naturelles