•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De nouveaux logements temporaires pour les immigrants francophones à Winnipeg

Radio-Canada

L'organisme Abri Marguerite vient d'ouvrir une résidence de transition à moyen terme sur la rue Saint-Jean-Baptiste à Winnipeg pour les immigrants et les réfugiés francophones. Ces logements à prix modique doivent permettre aux nouveaux arrivants d'y rester pendant plusieurs mois afin de s'établir durablement dans la province.

Les logements, déjà meublés, ont été mis en place avec l’aide de l'Accueil francophone, un organisme de Saint-Boniface qui reçoit des fonds du fédéral dans le but d’accompagner l’arrivée des migrants.

La nouvelle résidence dispose ainsi de quatre unités d’une chambre à coucher, et une unité de deux chambres à coucher. Cette dernière vient toutefois s’ajouter à l’offre à court terme d'Abri Marguerite.

« On a déjà un bâtiment de cinq unités à rue Desmoulins, mais on accueille les gens à très court terme. C’est pour deux semaines, trois semaines et ensuite on leur trouve autre chose », explique le président directeur général d’Abri Marguerite, Raymond Simard.

Les logements de transition de moyen terme visent à offrir un lieu de résidence pour six à douze mois.

Ils doivent ainsi fournir un toit aux nouveaux arrivants, le temps que ces derniers puissent trouver en emploi et un logement à plus long terme.

Pour Raymond Simard, cela permet également d’intégrer ces nouveaux arrivants dans le tissu social de Saint-Boniface.

« On veut que les gens soient accueillis à Saint-Boniface. On veut leur donner le temps d’inscrire les jeunes à l’école francophone », explique-t-il.

Pour le coordinateur du programme d'aide au logement à l'Accueil francophone, Boris Ntambwe, ces logements sont d’une grande utilité pour les arrivants.

« Avant qu’on ait des logements de transition, les gens allaient à l’hôtel. On avait des gens qui dépensaient 1500 $ pour une ou deux semaines. Ici, ils ont aussi accès à une cuisine et peuvent se faire à manger », souligne-t-il.

La bâtisse a été achetée 425 000 $. Abri Marguerite compte rentabiliser l’achat sur le long terme en proposant un loyer de 700 dollars par mois.

Selon Boris Ntambwe, l'Accueil francophone accompagne entre 300 et 400 nouveaux arrivants par an. Il estime que davantage de logements de transition sont nécessaires pour répondre à la demande grandissante.

« On a une tendance à la hausse. On arrive à un point où les gens nous contactent, mais on ne peut plus les loger », conclut-il.

Avec des informations de Pierre Verrière

Manitoba

Francophonie