•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Autisme : les critères pour obtenir le financement maximal suscitent la grogne

Photo d'une femme aux cheveux blonds portant une robe noire debout derrière un micro
La ministre des Services à l'enfance, Lisa MacLeod Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Des activistes et des familles d'enfants autistes sont en colère. Le nouveau programme du gouvernement Ford modifie quelles familles peuvent recevoir du financement. Selon eux, le critère d'admissibilité pour recevoir le financement maximal est « ridicule ».

Le nouveau programme accorde aux familles jusqu’à 140 000 dollars pour le traitement, un maximum disponible uniquement pour les familles à faible revenu dont l’enfant est en traitement et âgé de deux à 18 ans. Le financement est également soumis à un plafond annuel de 20 000 dollars par an jusqu’à ce que l’enfant atteigne l’âge de six ans, et de 5000 dollars annuellement pour les enfants âgés de six à 18 ans.

Le gouvernement a confirmé mardi que seules les familles ayant un revenu familial annuel net ajusté inférieur à 55 000 dollars seraient éligibles pour le montant maximal. Le financement est échelonné pour les familles ayant des revenus annuels entre 55 000 et 250 000 dollars.

Selon ces familles, une thérapie intensive peut coûter jusqu'à 80 000 dollars par an.

Michelle Costa débourse pour la thérapie de son fils de cinq ans et son cas est en attente de traitement depuis près de deux ans. Le montant pour lequel elle sera probablement admissible paiera moins de deux heures de thérapie par semaine, a-t-elle déclaré.

« Nous payons pour un traitement au privé. Nous avons toujours supposé que lorsque le dossier de notre fils serait traité par le gouvernement, nous allions recevoir un financement adéquat », a déclaré Mme Costa. « Certaines familles ne recevront presque rien. Une famille qui a deux revenus fait plus de 55 000 $! C’est un seuil très bas pour ceux qui doivent payer un traitement qui est réellement crucial pour la vie d’un enfant. »

La ministre de l’Enfance, des Services sociaux et communautaires, Lisa MacLeod, a défendu le nouveau programme en Chambre mardi. Elle a déclaré que son objectif avec ce nouveau programme est de résorber un arriéré de 23 000 enfants en attente de traitement, affirmant qu'il est injuste que seuls 8400 enfants autistes reçoivent actuellement un traitement financé au moins en partie par le gouvernement.

Mais beaucoup de personnes sur la liste disent préférer attendre et éventuellement recevoir un financement complet.

La présidente de la Ontario Autism Coalition a qualifié le critère de 55 000 $ de montant « ridicule ». Selon elle, le gouvernement abandonne les familles.

« Les moyens utilisés par ce programme sont particulièrement cruels », a déclaré Laura Kirby-McIntosh. « Les parents qui s’informent des détails du nouveau plan deviennent de plus en plus en colère. »

Une grande manifestation contre le nouveau programme du gouvernement aura lieu à Queen’s Park le 7 mars.

La semaine dernière, Mme MacLeod avait demandé une citation favorable à la réforme du gouvernement, quelques jours avant son dévoilement plus tôt ce mois-ci, sinon le groupe ferait face à « quatre longues années ». Cette demande a été placée auprès de l'association Ontario Association for Behaviour Analysis (ONTABA).

Michael Coteau, qui était le ministre en charge du dossier lorsque le gouvernement libéral a dévoilé son programme en 2016, a déclaré mardi qu'il allait demander au commissaire à l'intégrité de mener une enquête sur les propos de Mme MacLeod.

« La ministre ne devrait pas utiliser sa position d'influence pour pousser les organisations à but non lucratif et les parties prenantes à soutenir un plan qu'elles n'appuient pas », a-t-il déclaré.

Mme MacLeod a présenté ses excuses auprès de l’ONTABA sur Twitter la semaine dernière.

Avec les informations de La Presse canadienne

Toronto

Politique provinciale