•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La protection de l’esker : une priorité pour Émilise Lessard-Therrien et Suzanne Blais

Affiches sur le lieu du projet minier Authier de l'entreprise Sayona Mining.
Le projet minier de l'entreprise Sayona Mining devrait être situé à moins de 500 mètres de l'esker, à La Motte, en Abitibi. Photo: Radio-Canada / Mélanie Picard
Thomas Deshaies

La députée de Rouyn-Noranda Témiscamingue, Émilise Lessard-Therrien, déposera mercredi une motion à l'Assemblée nationale pour réclamer la tenue d'une étude du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) pour le projet de Sayona Québec à La Motte.

Avec les informations qui ont été obtenues par le comité citoyen, on apprend que le projet de mine devrait être obligatoirement soumis au BAPE , soutient-elle.

Radio-Canada a dévoilé mardi matin qu'une étude laisse sous-entendre que le Projet Authier pourrait être assujetti automatiquement au Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE). Selon les documents consultés par Radio-Canada et obtenus par le biais d'une demande d'accès à l'information par le comité citoyen de protection de l'esker, Sayona Québec prévoit d'extraire 775 000 tonnes de minerai la septième année, soit une capacité de 2123 tonnes par jour.

Or, la loi prévoit que les projets, dont la capacité maximale journalière d'extraction est égale ou supérieure à 2000 tonnes par jour, sont soumis à la procédure d'évaluation environnementale incluant un BAPE.

La députée Émilise Lessard-Therrien livre un discours à l'Assemblée nationale.La députée solidaire de Rouyn-Noranda-Témiscamingue, Émilise Lessard-Therrien, a livré son premier discours au Salon bleu le 4 décembre. Photo : Capture d'écran

Après toute la mobilisation citoyenne, les élus se sont prononcés. Moi, je peux vous dire que je n'en reviens pas encore que le ministre ne se soit pas prononcé en faveur du BAPE , ajoute Émilise Lessard-Therrien.

Protéger l’esker

Il faut appliquer le règlement, alors c'est prioritaire

Suzanne Blais, députée d'Abitibi-Ouest

La députée d'Abitibi-Ouest, la caquiste Suzanne Blais, a répété ce qu’elle a souvent mentionné en campagne électorale.

Ma priorité numéro un a toujours été la protection de l'esker , a dit Mme Blais, qui affirme toutefois que la décision finalerevient à son gouvernement, à M. Legault et à mon ministre de l'Environnement .

Sayona maintient son point

De son côté, Sayona Québec a réagi en début d'après-midi mardi. L'entreprise prétend qu'il faut exclure 100 000 tonnes du calcul de la septième année d'exploitation puisque cette quantité de minerai sera gardée dans la fosse, en réserve. Ainsi, l'entreprise respecterait le seuil de 2000 tonnes.

C'est pour s'il arrivait quelque chose par exemple », explique le directeur du développement durable, Serge Rouiller. « Nos permis nous autorisent à ne pas dépasser 2000 tonnes, on ne dépassera pas cela. On s'engage à respecter ce qu'on a toujours dit.

À lire aussi :Sayona Québec inaugure ses bureaux à La Motte

Abitibi–Témiscamingue

Environnement