•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des coûts en énergie plus importants que prévus à la CSRS

Le centre administratif de Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke
Bâtiment extérieur de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

La Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) anticipe un déficit de près de 275 000 $ cette année. L'hiver hâtif et froid explique en grande partie ces prévisions budgétaires. Les coûts en énergie sont plus élevés que prévus.

Pour chauffer et éclairer l'ensemble de ses bâtiments, la CSRS prévoyait de dépenser près de 4 millions de dollars pour l'année scolaire 2018-2019.

Cette année, l'hiver est un peu plus difficile, ce qui amène des dépenses supplémentaires. On a à peu près 300 000 $ supplémentaires en dépenses énergétiques. Ça explique assez bien la projection, affirme le président de la CSRS, Gilles Normand.

Mardi soir, l'état de la situation financière en date du 31 janvier 2019 a été présenté aux membres du conseil des commissaires. La CSRS anticipe un déficit de 274 883 $ sur un budget total de près de 274 millions de dollars. Ces chiffres n'ont rien d'alarmant pour la direction générale.

Si on parle du déficit que nous avons actuellement, une personne qui gagne un salaire de 50 000 $ par année, ça représente un déficit d'environ 50 $ à ce moment-ci de l'année. La personne aurait six mois devant elle pour essayer de récupérer son 50 $ et terminer en équilibre budgétaire au 1er juillet prochain. C'est faisable.

Christian Provencher, directeur général, Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke

L'important est de bien continuer à suivre nos dépenses pour terminer l'année et de garder un bon suivi de la masse salariale, conclut Gilles Normand.

Estrie

Société