•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Homosexualité : la loi du silence perdure à la LNH

Un bâton de hockey est entourant d'un ruban multicolore.
Le « Pride tape », le ruban arc-en-ciel créé à Edmonton pour promouvoir l'égalité, la diversité et l'inclusion dans les arénas. Photo: CBC
Nafi Alibert

En 2019, l'homosexualité semble encore être un tabou au sein de la Ligue nationale de hockey (LNH), selon une nouvelle étude de l'Université de l'Alberta.

En effet, pourquoi aucun joueur de la ligue n’a-t-il jamais osé afficher publiquement son homosexualité? C’est la question que s’est posée la sociologue Cheryl MacDonald en interrogeant à leur tour 12 joueurs de hockey, six joueurs hétérosexuels évoluant à la LNH et six autres de ligues élites AAA, qui sont ouvertement gais.

D’une voix quasiment commune, ils lui ont répondu que sortir du placard risquait de nuire à la carrière d’un joueur et de détourner l’attention sur son orientation sexuelle plutôt que sur ses performances.

« Qu’ils aient un problème de santé mentale, qu’ils souffrent d’une commotion, qu’ils aient un problème de dépendance… ou qu’ils soient homosexuels, tout cela est considéré comme une faiblesse qui les rend différents des autres coéquipiers, et remplaçables par un autre joueur qui a les mêmes habiletés, sans porter ce “fardeau” », explique la chercheuse.

Briser la glace

Pourtant, les initiatives se sont multipliées ces dernières années au sein de la LNH et des autres ligues pour faire du hockey un sport plus inclusif.

En 2015, Kristopher Wells, professeur à l’Université MacEwan, à Edmonton, a cocréé le « Pride Tape », un ruban aux couleurs de l'arc-en-ciel que les équipes de la LNH accrochent maintenant à leur bâton lors de certains matchs.

D’une manière générale, « les personnes LGBT sont beaucoup plus nombreuses que les personnes hétérosexuelles à abandonner la pratique de sports collectifs comme le hockey », a-t-il observé.

« Ce ruban est une façon d’afficher son appui à l’inclusion dans le sport, sur la glace, comme dans les vestiaires [...] », ajoute M. Wells.

Les Oilers d'Edmonton ont été la première équipe à arborer le ruban arc-en-ciel. « Les équipes de cette envergure ont un statut privilégié » qui permet, par la suite, de relayer le message jusque dans les foyers, croit M. Wells.

La LNH s’est également associée au projet You Can Play pour donner vie à la campagne « Le hockey est pour tout le monde ».

« C’est important pour nous d’être des modèles pour les jeunes qui veulent suivre nos pas », a indiqué, par voie de communiqué, Jujhar Khaira.

L’attaquant des Oilers a accepté d’être un des ambassadeurs de la LNH qui promeut, à cette occasion, l’inclusion dans le hockey.

Malgré ces efforts, mais aussi les punitions auxquelles s’exposent les joueurs de la LNH qui ont des attitudes anti-LGBT, les mentalités restent sclérosées à ce sujet dans le hockey professionnel.

C’est ce qui fait dire à Cheryl MacDonald que la sensibilisation est la seule clef pour les transformer : « Les gens ne changeront de comportement envers les personnes LGBT que lorsqu’ils auront compris ce qui fait d’elles des personnes comme les autres. »

Alberta

Communauté LGBTQ+