•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une mère appelle les parents à faire vacciner leurs enfants pour préserver la santé de son fils

Le jeune Quinn Kriewald.

Le jeune Quinn Kriewald suit un traitement qui affaiblit son système immunitaire pour éviter un rejet de sa transplantation du coeur.

Photo : Kim Crane

Radio-Canada

Kim Crane, la mère d'un enfant de 12 ans ayant reçu une transplantation du cœur, plaide pour que les parents vaccinent leurs enfants afin de protéger ceux qui sont plus vulnérables, comme son fils. Elle s'inquiète notamment de la rougeole, dont plusieurs cas ont été signalés en Colombie-Britannique.

Le Manitoba est parmi les provinces ayant les taux de vaccination les plus bas au pays. Cette situation alerte les médecins de la province, tout comme Kim Crane.

Depuis sa transplantation du cœur, à 4 mois, son fils, Quinn Kriewald, a été régulièrement admis à l’hôpital pour des cas d’infections ou des complications.

« On se bat tellement contre tant de choses qui peuvent affaiblir notre enfant et sur lesquelles on n’a pas de prise [de contrôle] alors que d’autres l’ont, mais ils ne s’en soucient pas et ne vaccinent pas leur enfant », déplore Kim Crane.

Selon les plus récents chiffres de la province, en 2014, 75 % des enfants avaient reçu les deux doses du vaccin contre la rougeole avant l’âge de 7 ans au Manitoba.

Immunité de groupe

Quinn doit prendre des médicaments qui affaiblissent son système immunitaire afin que son corps ne rejette pas la greffe du cœur.

Il fait ainsi partie du petit pourcentage d’enfants au Canada ayant un système immunitaire trop affaibli pour recevoir des vaccins conçus avec le virus vivant atténué, comme le sont les vaccins contre la rougeole, les oreillons ou la rubéole.

Ces enfants dépendent alors de l’immunité de groupe, c'est-à-dire une situation où le taux de vaccination est suffisant dans leur entourage pour garantir que, lorsqu’une maladie se présente, elle ne puisse être répandue.

« Dans le cas extrême, si mon fils attrapait la rougeole, cela pourrait le tuer. Dans les autres scénarios, c’est un retour à l’hôpital avec des traitements traumatisants pour lui. C’est beaucoup à vivre pour la famille », confie Kim Crane.

Pour son fils et elle, la période de la grippe et du rhume est particulièrement inquiétante. Elle se termine fréquemment par un séjour à l’hôpital pour son fils, ajoute-t-elle.

Je veux que les gens sachent qu’il y a des gens comme nous qui dépendent des autres pour protéger leur enfant, alors que d'autres ont les moyens de protéger tout le monde et ne le font pas. C'est effrayant.

Kim Crane, mère d'un enfant au système immunitaire affaibli

Kim Crane ajoute qu’elle respecte les droits des parents, mais lorsque leurs décisions peuvent toucher la santé d'autrui, il est nécessaire de prendre des mesures, selon elle.

Mieux communiquer sur la nécessité des vaccins

Une médecin spécialiste en maladies infectieuses pédiatriques de l'Université de l’Alberta, Joan Robinson, déplore que l’immunité de groupe ne soit pas une réalité au Canada.

« Les chiffres sont vraiment bas. Il n’y a pas de raison logique qui justifierait que le taux d’immunisation soit sous les 95 % si nous faisions un travail suffisant pour convaincre l’opinion publique que les vaccins permettent de prévenir des maladies graves chez les jeunes enfants », explique-t-elle.

Selon elle, la vaccination obligatoire à l'entrée à l’école, comme c’est le cas en Ontario, au Nouveau-Brunswick, aux États-Unis ou en Australie, n’est toutefois pas forcément la bonne solution.

Joan Robinson estime que cela pourrait engendrer un retour de bâton de la part de l’opinion publique parce que les données statistiques démontrent que, dans les territoires où la vaccination est obligatoire, les résultats ne sont pas sensiblement supérieurs.

Pour elle, la grande majorité des parents continuent de vacciner leurs enfants ou, tout du moins, ne s’y opposent pas.

La rougeole est relativement rare au Manitoba, avec un ou deux cas par an, et aucun cas n'a encore été signalé en 2019, selon le médecin hygiéniste en chef de la province, Tim Hilderman.

Manitoba

Vaccination