•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Diplômer et qualifier les jeunes demeurent des priorités

Des étudiants en toge assis lors d'une cérémonie de remise des diplômes.

Des futurs diplômés

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La commission scolaire Harricana a atteint quatre des cinq cibles de réussites qu'elle s'était fixées d'ici le 31 décembre 2018 et de nouveau la question de la diplomation et de la qualification au sommet de ses priorités.

On avait des cibles imposées par le ministère, mais les moyens pour y arriver nous appartenaient », a expliqué le directeur général de la commission scolaire Harricana, Yannick Roy.

Il s’est dit heureux de constater que les efforts investis ont permis de faire diminuer le nombre d'élèves qui entrent tardivement au secondaire, de voir une croissance du recrutement des jeunes de moins de 20 ans en formation professionnelle, de réduire le nombre de jeunes qui quittent sans diplôme ou qualification et de voir que le français se porte bien.

Seule cible non atteinte, celle d'avoir un taux de diplomation et de qualification de 75 % avant l'âge de 20 ans, au 31 décembre 2018. La commission scolaire dit toutefois s'être approchée de cet objectif.

Il reste plein de choses à améliorer. Notre mission première c’est diplômer et qualifier les gens, a résumé M. Roy.

La diplomation et la qualification vont ainsi demeurer des enjeux importants, tant pour répondre aux besoins de la main-d’œuvre que pour augmenter la diplomation à 80%.

En 2022, on souhaite augmenter le taux de diplomation-qualification à 80%. C’est une cible que nous a donnée le ministère, mais qui est aussi une cible nationale, a souligné Yannick Roy.

Parmi les faits saillants de l'année 2018, on note une augmentation de 3 % du taux de diplomation avant 20 ans par rapport à 2010, qui s'élève maintenant à 70 %.

Le taux annuel de sorties sans diplôme ou qualification des élèves inscrits à la formation générale des jeunes a pour sa part diminué de 3 %, s'établissant à 11 %.

Abitibi–Témiscamingue

Éducation