•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gérer le cannabis sur les pentes de ski

Une affiche sur laquelle il est écrit : « Montagne sans fumée ». La photographie a été prise au pied des pentes du centre de ski Le Relais, à Lac-Beauport, près de Québec.
Plusieurs centres de ski ont adopté une politique de tolérance zéro à l’égard de la fumée. Photo: Radio-Canada / Nicolas Vigneault
Louis Gagné

L'Institut national de secourisme du Québec (INSQ) veut sensibiliser les patrouilleurs de ski aux effets potentiels de la légalisation du cannabis dans leurs interventions.

Un chapitre entier est consacré au sujet dans le plus récent guide rédigé par l’INSQ à l’intention des secouristes qui travaillent dans les stations de ski.

« Il s'agissait de sensibiliser tous nos patrouilleurs aux différentes situations qu'ils pourraient rencontrer sur les sites de patrouille, dans les stations de ski particulièrement. C'est plutôt ça qu'on visait. On agissait en prévention en fait », explique en entrevue à Radio-Canada le coordonnateur de l’INSQ, Philippe Rivest.

Ce qui se passait avant dans les sous-bois va peut-être se passer maintenant en plein milieu de la piste.

PhilippeRivest, coordonnateur, INSQ

Problèmes de diagnostics

Philippe Rivest précise qu'un skieur ou un planchiste ayant besoin d'être secouru réagira différemment s'il a consommé du cannabis.

« Il faut être sensible à ça et être capable d'adapter notre comportement, adapter notre traitement en fonction de ce qu'on va percevoir. Quelqu'un qui est intoxiqué ne donnera pas nécessairement les bonnes informations au traitant et ça peut causer des problèmes de diagnostic », soutient-il.

Philippe Rivest en entrevue dans une station de la Société Radio-CanadaPhilippe Rivest, coordonnateur de l'Institut national de secourisme du Québec Photo : Radio-Canada

L’INSQ affirme qu’il est encore trop tôt pour dire si la consommation de cannabis a augmenté dans les centres de ski depuis sa légalisation, l’automne dernier.

« Ce qu'on peut appréhender, par contre, c'est qu'il y aura plus de visibilité dans les stations où c'est permis. On va voir plus de gens qui vont s'exposer », prédit Philippe Rivest.

Virage sans fumée

La plupart des stations de ski de la région de Québec sont maintenant sans fumée. La consommation du cannabis et du tabac y est interdite, que ce soit sur les pistes, dans les remonte-pentes ou sur les terrasses.

Le centre de ski Le Relais, à Lac-Beauport, offre un environnement sans fumée depuis le début de la saison. Le directeur général de la station, Mario Bourassa, indique que la transition se passe bien dans l’ensemble.

« On a fait de la sensibilisation. Donc, quand on voyait des gens, on leur disait que cette année, on avait fait un virage sans fumée sur la montagne et après quelques semaines, on sent que les gens ont collaboré », confie-t-il.

Les stations du Mont-Sainte-Anne et de Stoneham sont également devenues des environnements sans fumée.

Avec les informations de Nicolas Vigneault

Québec

Activités sportives