•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Truquages d’offres pour des contrats publics au Québec : Dessau devra payer 1,9 M$

Le logo de Dessau comprenait des lettres bleues sur un fond blanc
En 2014, Dessau s'est départie de ses actifs d'ingénierie, qui sont passés dans le giron du géant albertain de l'ingénierie Stantec pour un montant qui n'a pas été divulgué. Photo: Archives
Radio-Canada

La firme d'ingénierie Dessau devra payer 1,9 million de dollars au receveur général du Canada en lien avec des truquages d'offres pour des contrats d'infrastructures municipaux au Québec entre 2003 et 2011, a indiqué mardi le Bureau de la concurrence du Canada (BCC).

L'autorité indépendante de concurrence canadienne précise que ce montant fait partie d’un règlement qui a été déposé devant la Cour supérieure du Québec mardi. En vertu de cette entente, Dessau évite une poursuite criminelle du BCC.

Le règlement obtenu aujourd’hui veille à ce que Dessau assume la responsabilité de ses actes.

Matthew Boswell, commissaire de la concurrence par intérim

Cette pénalité met fin à l’enquête du Bureau de la concurrence sur le rôle de Dessau dans un complot de truquage des offres visant des contrats dans les villes de Québec, Laval et Gatineau ainsi que dans certaines municipalités de la région de Montréal, précise le communiqué du Bureau de la concurrence du Canada.

En janvier dernier, un ex-cadre de la firme d'ingénierie Dessau, Dave Boulay, a écopé d'une peine de détention de six mois à domicile après avoir plaidé coupable, dans une affaire de truquage d'appels d'offres pour des contrats de la Ville de Gatineau.

En septembre 2014, Dessau a décidé de se départir de ses actifs d'ingénierie, qui sont passés dans le giron du géant albertain de l'ingénierie Stantec.

Plus de détails à venir

Ottawa-Gatineau

Politique municipale