•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les gens d'affaires de Sherbrooke préoccupés par le recrutement de main-d'oeuvre

La rue Wellington Nord au centre-ville de Sherbrooke en hiver. Des voitures sont stationnés de chaque côté de la rue.

La rue Wellington Nord au centre-ville de Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Trois entreprises privées sherbrookoises sur quatre affirment avoir connu une progression de leur chiffre d'affaires en 2018. C'est ce qui ressort d'un sondage mené par la Chambre de commerce de Sherbrooke mené au cours des dernières semaines.

L'organisme voulait connaître le niveau de confiance de ses membres à l'égard du climat économique de Sherbrooke.

Les résultats démontrent qu'après avoir observé une croissance de la confiance des membres au cours des trois dernières années, la confiance demeure élevée, mais stable en 2019. Ce qu'on perçoit, c'est que les gens d'affaires se disent qu'ils ont eu de bonnes années et là, ils retiennent leur souffle, indique, d'entrée de jeu, Christian Dupuis, associé chez Dialogs, la firme qui a mené le sondage.

La grande majorité des membres (87 %) estime que le climat économique s’est amélioré ou est demeuré le même dans la dernière année. De plus, 83 % des membres prévoient une stabilité ou une augmentation en 2019.

Extrait de l'Indicateur annuel du climat économique de Sherbrooke 2019

Selon lui, la principale préoccupation des gens d'affaires se situe au niveau de la main-d'oeuvre. Le quart des entreprises a comme préoccupation première, pour la prochaine année, de trouver du personnel compétent. Nécessairement, ça met de la pression sur les organisations et sur les salaires aussi. Ça peut expliquer, en bonne partie, le plafonnement de la confiance qu'on ressent sur la région. 

Ce sondage, qui est mené depuis quatre ans, sert à différents niveaux. Ça donne un indicateur sur le climat économique. Est-ce que Sherbrooke est un bon lieu d'affaires pour s'épanouir en terme d'organisation? Ça permet aussi d'inspirer des programmes à la Chambre de commerce au niveau de la main-d'oeuvre, de l'intégration des immigrants. Ça permet d'avoir un indice sur le climat économique de la région en terme de ressenti des entrepreneurs et non pas en termes de statistiques, illustre M. Dupuis.

Au total, 167 membres sur 953 ont répondu aux différentes questions du sondage.

Estrie

Indicateurs économiques