•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Valérie Plante s’oppose à l’interdiction du cannabis dans les lieux publics à Montréal

Valérie Plante répond aux questions des journalistes à l'hôtel de ville.

Valérie Plante doit témoigner lors des consultations publiques sur le projet de loi sur l'encadrement du cannabis au Québec.

Photo : Radio-Canada

Romain Schué

Interdire la consommation de cannabis dans les lieux publics, comme le souhaite le gouvernement Legault, ne peut s'appliquer à Montréal, soutient la mairesse de la métropole, Valérie Plante, en réclamant le respect de « l'autonomie des villes ». Elle n'exclut pas non plus de ne pas faire appliquer la future loi.

« Chaque ville au Québec est différente. Je veux faire valoir le contexte de la ville de Montréal », a déclaré mardi matin Valérie Plante, quelques heures avant de se rendre à l’Assemblée nationale, à Québec, en compagnie du chef du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Sylvain Caron, pour faire part de son opposition au projet de loi déposé par Lionel Carmant début décembre.

Entendue dans le cadre des consultations publiques sur ce dispositif qui vise notamment à hausser de 18 à 21 ans l’âge légal pour consommer du cannabis, mais aussi à interdire la consommation de cette substance dans les lieux publics, la mairesse Plante assure que cette dernière disposition ne peut pas s’appliquer dans la métropole.

« Moi, je veux avoir des règlements qui sont applicables. Et dans ce cas-ci, on voit que ça va être extrêmement difficile pour le SPVM, qui a énormément de tâches, de devoir en plus surveiller ce que les gens consomment ou mangent dans les parcs ou sur la voie publique », a-t-elle affirmé.

Mme Plante avait déjà avoué être « extrêmement déçue », en fin d’année dernière, en prenant connaissance de ce projet de loi de la Coalition avenir Québec, qui durcit l’approche préconisée par le précédent gouvernement de Philippe Couillard.

Rappelant que Montréal compte « 60 % de locataires », Valérie Plante s’est une nouvelle fois montrée catégorique.

On ne peut pas dire aux gens: “Allez fumer chez vous”. Peut-être que dans d’autres villes, ça s’applique, mais à Montréal ce n’est pas la situation.

Valérie Plante, mairesse de Montréal

Montréal ouvre la porte à une non-application de la loi

Montréal pourrait-elle refuser d’appliquer un tel projet de loi, si celui-ci est voté par l’Assemblée nationale? La mairesse Plante reste floue, mais elle ne nie pas cette possibilité.

« Une étape à la fois », a-t-elle simplement répondu, en disant prôner la « bonne foi » et « le travail en équipe ».

L'UMQ soutient Montréal

L'Union des municipalités du Québec (UMQ) tient un discours similaire à celui de la Ville de Montréal et demande de « respecter l’autonomie et les compétences des gouvernements de proximité ». Dans un mémoire qui sera déposé à la commission parlementaire chargée d'étudier ce projet de loi, l'UMQ recommande un amendement pour laisser aux municipalités « la possibilité d’adopter un règlement pour déterminer les autres lieux publics extérieurs (rues, trottoirs, parcs, etc.) où il sera permis ou interdit de fumer du cannabis ».

Grand Montréal

Politique municipale