•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

200 familles otages de l’EI dans son dernier retranchement en Syrie

Le reportage de Marie-Eve Bédard
Radio-Canada

Les derniers combattants du groupe armé État islamique (EI) retranchés à Baghouz, dans l'est de la Syrie, refusent toujours de se rendre, alors que 200 familles sont prises au piège.

Beaucoup de ces familles subissent des frappes aériennes et des tirs d'artillerie intensifs de la part des forces de la coalition sous commandement américain et de leurs alliés les Forces démocratiques syriennes (FDS) au sol », rappelle la haute-commissaire de l'ONU aux Droits de l'homme, Michelle Bachelet.

Les combats pour déloger ces irréductibles djihadistes, dont le nombre est estimé entre 1000 et 1500 combattants, ont ralenti, parce que ces familles seraient utilisées comme bouclier humain par l’EI.

C’est assimilable à un crime de guerre, estime le Haut-Commissariat onusien.

L'EI semble empêcher certaines [familles], sinon toutes, de partir. C'est potentiellement un crime de guerre de la part de l'EI.

Rupert Colville, porte-parole du Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme

Plus tôt dans la journée, rapporte notre correspondante au Moyen-Orient, Marie-Eve Bédard, on a cru que les négociations avaient abouti pour permettre d’évacuer la population civile.

Le commandement des FDS a autorisé la présence de caméras pour témoigner d’une opération d’évacuation. Mais plusieurs heures plus tard, l’opération n’avait pas encore commencé, a indiqué le caméraman de Radio-Canada sur place, Sylvain Castonguay. Il affirme avoir vu un convoi se diriger vers l’enclave occupée par l’EI, avant que l’opération soit annulée.

Des bombardements, dont deux explosions importantes, ont eu lieu après le survol d’un avion au-dessus de ce territoire.

Selon ce qu'a déclaré un commandant à Marie-Eve Bédard, il faudra attendre encore de deux à cinq jours de combats pour déloger les djihadistes et « proclamer la fin géographique du califat [de l’EI] sur le territoire de la Syrie ».


Écoutez le reportage de la correspondante de Radio-Canada au Moyen-Orient, Marie-Eve Bédard :

État islamique, le règne de la terreur

Conflits armés

International