•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La mère d'un bébé mis en quarantaine à la suite d'une épidémie de rougeole vit la peur au ventre

La jeune maman Stefania Seccia porte son bébé endormi dans les bras alors qu'elle est assise.
Le petit Max Seccia-Smith a eu un an mardi, mais avant cette date il était trop jeune pour recevoir le vaccin contre la rougeole. Photo: Stefania Seccia
Radio-Canada

Une famille de Burnaby craint que son bébé de 1 an n'ait été exposé à la rougeole lors d'une visite à l'Hôpital pour enfants de la Colombie-Britannique, le 1er février.

Stefania Seccia raconte qu'elle a emmené son fils Max à l'hôpital à cause d’un bouton de fièvre sur le visage et de déshydratation causée par un virus.

Mme Seccia affirme vivre dans la peur que son bébé ne soit atteint de la rougeole depuis que l'Autorité de la santé Fraser Health l’a appelée pour l'avertir de possibles cas de rougeole chez des personnes qui se sont rendues aux urgences de l'hôpital le 21, 23, 24 janvier et le 1er février.

C'est un cauchemar.

Stefania Seccia

La famille est isolée dans sa maison depuis le 1er février et le demeurera pendant 21 jours, le temps de la période d’incubation.

On ne peut pas recevoir de visiteurs. On ne peut pas voir des membres de famille ou des amis. On est coincés ici.

Stefania Seccia

Les parents de Max disent être à l’affût des symptômes, mais que, pour l’instant, rien ne laisse penser qu’il serait atteint de la maladie.

Max est assis dans une poussette habillé d'un pijama vert et d'un foulard blanc, il se tient les mains.Max doit rester le plus possible à l'écart des autres personnes jusqu’au 23 février. Photo : Stefania Seccia

Cependant, Stefania Seccia craint que son bébé ne soit plus vulnérable aux complications du virus parce qu'il est né prématurément et qu’il a subi une opération chirurgicale.

Si [Max] contracte le virus de la rougeole, il est le plus à risque de souffrir d'inflammation cérébrale, de devenir sourd, de présenter des lésions cérébrales ou de mourir.

Stefania Seccia

Furieuse contre les antivaccins

Me Seccia est furieuse que certaines personnes croient encore que les vaccins seraient dangereux. « Par la faute de parents qui ont décidé que vacciner leurs enfants n'était pas une bonne idée, Max est maintenant dans cette situation plutôt effrayante à son premier anniversaire de naissance. »

Les parents de Max sont vaccinés, mais effectuent de nouvelles analyses pour vérifier s’ils sont contagieux.

Par ailleurs, son père risque également de s'absenter de son travail jusqu'à ce que ses analyses de sang soient terminées, car il travaille dans un établissement de santé.

Colombie-Britannique et Yukon

Santé publique