•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un médicament associé à une hausse des risques de fausse couche

Une femmes enceintes tient un cachet dans la main droite et un verre d'eau de la main gauche.
Médicaments et femmes enceintes ne font pas toujours bon ménage. Mieux vaut vous informer chez votre pharmacien. Photo: iStock
La Presse canadienne

Un médicament oral, contenant du fluconazole, pris pendant la grossesse pour traiter les infections vaginales peut être associé à un plus haut risque de fausse couche, est-il révélé dans une récente étude québécoise.

Le médicament au coeur de l'étude contient cette molécule active : le fluconazole. Il est vendu en pharmacie par différentes marques et donc sous différents noms.

La récente recherche, publiée mardi dans le Journal de l'Association médicale canadienne, n'a pas montré un lien de cause à effet, mais bien une association entre un facteur de risque et une conséquence malheureuse, précise son auteure principale Anick Bérard, professeur titulaire à la Faculté de pharmacie de l'Université de Montréal, en entrevue téléphonique.

La chercheure souligne que les femmes enceintes ont plus fréquemment des infections vaginales que les autres. Leurs infections sont aussi plus sévères et plus résistantes aux traitements.

Son équipe s'est penchée sur la cohorte de femmes enceintes du Québec, qui contient des données sur 441 949 grossesses, et a fait le lien avec les prescriptions de médicaments dans la banque de données de la province.

Notre étude montre que de prendre une dose de fluconazole oral pendant la grossesse peut être associé à un plus haut risque de fausse couche.

Anick Bérard, chercheure

En fait, il s'agit d'un risque deux fois plus élevé, a-t-elle précisé en entrevue. Sans fluconazole, le risque de fausse couche est de 6 %, mais il passe à 12 % avec une dose, même faible, de ce médicament.

Elle juge toutefois ce résultat plutôt rassurant : si le risque est de 12 %, cela signifie quand même qu'il y a 88 % de chances que tout se passe bien, soutient-elle.

Ces résultats réaffirment la nécessité pour les femmes enceintes de consulter leur médecin régulièrement tout au long de leur grossesse pour prendre les meilleures décisions de traitement, ajoute Mme Bérard.

Les traitements topiques – devant être appliqués sur la surface du corps – sont en première ligne pour se débarrasser de ce problème chez les femmes enceintes. Mais comme leurs infections fongiques sont souvent plus résistantes, le fluconazole par voie orale est aussi souvent utilisé.

Médecine

Science