•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un convoi de camionneurs albertains propipelines prend d’assaut Ottawa

Le reportage de Fannie Olivier
Radio-Canada

La capitale du pays a résonné mardi aux sons des klaxons de dizaines de camionneurs propipelines venus de Red Deer, en Alberta.

Après un périple de cinq jours à travers le Canada, les manifestants motorisés font entendre leur colère au gouvernement Trudeau d’un peu plus près. Ils l’accusent de ne pas être conscient des défis propres aux Albertains.

Selon un des organisateurs, Glen Carritt, le message principal du groupe est la nécessité de construire « immédiatement » des oléoducs « pour accéder aux côtes et au reste du Canada », mais il ne s’agit pas de la seule revendication des manifestants.

Les camionneurs s'opposent aussi à la taxe carbone, au Pacte mondial sur les migrations et au projet de loi C-69, qui veut revoir la manière dont sont approuvés les projets énergétiques par le gouvernement fédéral.

Ce mouvement, qui était initialement associé aux gilets jaunes du Canada, a décidé de s’ouvrir pour rallier un maximum de soutiens. « Que vous soyez un gilet jaune, un col bleu ou que vous portiez un casque de sécurité rose n’a pas d’importance tant que vous protestez dans le respect et le calme », a déclaré Glen Carritt, qui assure que les messages haineux ou d'intolérance n'ont pas leur place dans cette mobilisation.

Entrevue avec Emmanuel Lécuyer, entrepreneur, et Frédéric Boily, politologue

Des politiciens en soutien

Le chef de l’opposition officielle, Andrew Scheer, s’est adressé au groupe de manifestants sur la colline du Parlement, sous une salve d’applaudissements.

J’en ai plus qu’assez des gens qui s’attachent aux arbres et qui se couchent devant les bulldozers pour freiner l’exportation du pétrole canadien. Pendant ce temps, le carburant étranger afflue vers le marché canadien. Il faut que ça s’arrête.

Andrew Scheer, chef du Parti conservateur du Canada

Le chef conservateur a aussi exprimé sa volonté de mettre en service un oléoduc transcanadien pour transporter le pétrole albertain vers l’est du pays.

Le chef du nouveau Parti populaire du Canada, Maxime Bernier, a lui aussi prononcé un discours de soutien à la foule rassemblée à l’ombre de la tour de la Paix. Il s'est prononcé pour la nécessité « d’utiliser la Constitution canadienne pour imposer le pipeline dans les provinces qui s’y opposent ».

Les klaxons ont retenti au centre-ville de la capitale, mardi matin, et se feront entendre jusqu'à mercredi après-midi. Les autorités municipales ont dû faire face d’importantes perturbations de la circulation locale.

Une contre-manifestation du groupe autochtone Indigenous Solidarity Ottawa était aussi attendue.

Des camions alignés sur une rue avec un homme brandissant les bras.Un manifestant arrive sur la colline du Parlement à Ottawa. Photo : Reuters / Chris Wattie
Un manifestant devant le parlement.Un manifestant exhorte le gouvernent Trudeau à construire le pipeline. Photo : Radio-Canada / Pascal Gervais

Politique fédérale

Politique