•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Éclosion de rougeole à Vancouver : ce qu’il faut savoir

Une main présente les éruptions cutanées rouges caractéristiques de la rougeole.
Les personnes atteintes sont contagieuses quatre jours avant l'apparition des premières rougeurs, ce qui rend difficile la détection de l'infection. Photo: iStock
Radio-Canada

L'apparition de plusieurs cas de rougeole ces derniers mois, notamment dans des écoles du Conseil scolaire francophone (CSF) de la Colombie-Britannique, relance le débat sur la vaccination obligatoire et incite à la prudence. Elle rappelle aussi que cette infection virale est loin d'être disparue.

Qu’est-ce que la rougeole?

La rougeole est une infection virale causant, entre autres, des éruptions aiguës et qui se transmet dans l’air. Elle est fortement contagieuse, un contact rapproché n’étant pas nécessaire à sa propagation.

Le virus peut également être transmis par de la nourriture, des boissons ou des cigarettes partagées avec une personne infectée.

Les personnes atteintes sont contagieuses dans les quatre jours précédant et suivant l’apparition des éruptions. Elles ne sont donc pas nécessairement conscientes d’être contagieuses.

Bien qu’on ait cru le virus pratiquement éradiqué dans plusieurs parties du monde, dont le Canada, celui-ci est revenu en force ces dernières années.

Comment la rougeole est-elle revenue en Colombie-Britannique?

Différents cas ont été signalés ces dernières semaines, certains étant liés à un homme ayant voyagé aux Philippines.

Ceux qui touchent les écoles Jules-Verne et Anne-Hébert sont plutôt liés à une famille dont les enfants non vaccinés ont voyagé au Vietnam.

En tout, huit cas ont été détectés, répartis entre ces deux écoles du sud de la ville et l’École Rose-des-vents, dans le quartier Oakridge.

Quels sont les symptômes?

Les éruptions cutanées de la rougeole sont généralement précédées par quelques jours de fièvre accompagnée de toux, d’écoulement nasal et de rougeurs oculaires.

Les complications peuvent aller jusqu’à la pneumonie, à une inflammation ou à des lésions du cerveau, à la surdité, voire à la mort.

Les enfants doivent-ils obligatoirement être vaccinés?

Les enfants qui fréquentent l’école publique en Ontario et au Nouveau-Brunswick doivent être vaccinés, sauf exception, mais ce n’est pas le cas en Colombie-Britannique.

Rectificatif : Une version précédente de ce texte indiquait à tort que le Manitoba était aussi une province où le vaccin était obligatoire dans les écoles publiques. Il ne l'est pas.

La plupart des Britanno-Colombiens nés avant 1970, de même que ceux qui ont déjà eu la rougeole sont toutefois immunisés.

Ceux qui sont nés entre 1970 et 1994 ou qui ont grandi ailleurs que sur le territoire de la province ont vraisemblablement reçu une seule des deux doses requises pour que le vaccin soit pleinement efficace, selon les autorités provinciales.

Le choix de vacciner ou non

La remise en question de certains vaccins et de leurs effets secondaires, réels ou allégués, ont également motivé certains parents à ne pas faire vacciner leurs enfants.

C’est le cas du père des jeunes porteurs de la dernière éclosion, Emmanuel Bilodeau, qui a confié à Radio-Canada ne pas avoir fait vacciner ses enfants en raison des informations contradictoires qui circulaient à propos des vaccins au moment de la naissance de ces derniers.

Sa conjointe de l’époque et lui auraient eu peur du lien allégué entre le vaccin contre la rougeole, la rubéole et les oreillons et l'apparition de l’autisme chez les enfants.

M. Bilodeau soutient toutefois que la relation entre ce vaccin et la maladie qui l’a fait frémir à l’époque a, depuis, été démentie, ce que confirme le Centre de contrôle des maladies infectieuses de la Colombie-Britannique.

Le vaccin n'est pas tout. Pour éviter la propagation, encore faut-il que les cas réels soient bien détectés, comme en fait foi une situation qu'a vécue Emmanuel Bilodeau.

Il soutient que, lorsqu’il a conduit l’un de ses fils, malade, à l’Hôpital pour enfants de la Colombie-Britannique après leur retour de voyage, les médecins ont d'abord écarté la possibilité que celui-ci soit atteint de rougeole, tentant plutôt de dépister une grippe ou la malaria, même s’ils étaient informés qu'il n’avait pas été vacciné.

Où obtenir le vaccin?

En guise de prévention, la province encourage tout de même les parents à vérifier leur carnet de vaccination et celui de leurs enfants pour savoir s’ils ont reçu les deux doses prévues.

Dans le cas contraire, il est possible de se faire vacciner gratuitement au centre de santé le plus proche de chez soi.

Avec des informations d’Eva Uguen-Csenge et Michelle Ghoussoub

Colombie-Britannique et Yukon

Santé publique