•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un surplus jusqu’à 4,6 milliards anticipé à Québec

Comme le souligne Hugo Lavallée, c'est beaucoup plus que ce dont faisait état la mise à jour économique de l'automne dernier.
Véronique Prince

À quelques semaines du dépôt du budget provincial, le ministre des Finances, Éric Girard, se retrouverait avec un heureux problème. Le surplus de 1,7 milliard de dollars annoncé à la mise à jour économique de décembre serait beaucoup plus important que prévu : il se situerait plutôt entre 3,4 milliards et 4,6 milliards, selon des données colligées par l'Institut du Québec (IDQ).

À l’aide d’un simulateur budgétaire basé sur les tendances des huit dernières années, l’IDQ anticipe que le surplus devrait atteindre 4,6 milliards de dollars si les revenus continuent d’augmenter et que le gouvernement tarde à ouvrir les vannes des dépenses d’ici la fin de l’année financière.

Si toutefois les dépenses de programmes s’accélèrent, comme le prévoit le ministre Girard, ce surplus s’établirait plutôt à 3,4 milliards de dollars après les versements au Fonds des générations.

Selon la directrice générale de l’Institut du Québec, Mia Homsy, le ministre Girard doit probablement réfléchir à la façon d’écouler cet argent à temps pour le budget de mars afin que le surplus se situe autour de 1,7 milliard de dollars comme prévu.

« Il y a toujours la possibilité de faire baisser le solde, comme ça avait été fait par les libéraux l’an dernier : en annonçant des dépenses additionnelles ou en faisant du devancement », mentionne Mia Homsy.

L’an dernier, plus d’un milliard de dollars ont été dépensés dans le dernier mois pour se rapprocher de la cible […]. On va voir s’il se sert de cette marge de manœuvre là pour faire des nouvelles dépenses ou des baisses de fardeau fiscal.

Mia Homsy, directrice générale de l'Institut du Québec

Mme Homsy reconnaît qu’il est difficile pour un ministre des Finances de réviser tous les mois son solde budgétaire, puisque les postes de revenus et de dépenses évoluent souvent de façon irrégulière. Le gouvernement Legault a d’ailleurs déjà ouvert la porte à le réviser de façon trimestrielle pour pallier ce problème.

Pas de commentaires du ministre

Pourquoi les surplus budgétaires sont-ils plus élevés que prévu depuis quelques années? Les causes des écarts sont souvent différentes. Par exemple, en 2017-2018, le surplus s’expliquait principalement par des revenus plus élevés, tandis qu’en 2016-2017, les dépenses étaient inférieures aux prévisions. Cette année, la vigueur économique et des revenus plus importants que prévu expliqueraient cette situation.

Malgré les projections de l’IDQ, le cabinet du ministre Éric Girard maintient que l’excédent budgétaire devrait diminuer graduellement pour s’établir à 1,7 milliard de dollars. « Nous ne commenterons pas la publication du rapport de l’IDQ », dit l’attachée de presse Fanny Beaudry-Campeau.

En maintenant un solde budgétaire de seulement 1,7 milliard de dollars, le ministre prêche-t-il par excès de prudence?

« On ne sait pas ce qui est récurrent et ce qui ne l’est pas […] Quelle part de ce surplus-là va disparaître quand l’économie va aller moins bien, par exemple? C’est probablement pour ça qu’il est prudent. C’est pour ne pas s’engager dans de nouvelles annonces récurrentes alors qu’on ne sait pas si le surplus va être là année après année. C’est une prudence légitime », affirme-t-elle.

L'Institut du Québec est une création du Conférence Board du Canada et de HEC Montréal. Il est présidé par l'ancien ministre libéral des Finances du Québec, Raymond Bachand.

Véronique Prince est correspondante parlementaire à Québec pour Radio-Canada.

Politique provinciale

Politique