•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maternelle quatre ans : trois commissions scolaires prêtes ou presque

Une classe de maternelle quatre ans.
Une classe de maternelle quatre ans. Photo: Radio-Canada / Jean-François Fortier
Radio-Canada

Tant aux Îles-de-la-Madeline qu'en Matanie ou dans la Baie-des-Chaleurs, les commissions scolaires accueillent favorablement la création de nouvelles classes de maternelle dans les écoles de leur territoire. Québec ouvrira 250 nouvelles classes de maternelle pour les enfants de 4 ans, dont neuf en Gaspésie et aux Îles et huit en Matanie.

En Gaspésie, à la Commission scolaire René-Lévesque, où cinq nouvelles classes de maternelle pour les petits de 4 ans doivent être créées pour la prochaine rentrée scolaire, le directeur général, Louis Bujold, estime avoir les effectifs et les locaux nécessaires pour atteindre cet objectif.

La Commission scolaire, qui compte 21 écoles, avait d’ailleurs déposé une demande pour la création de huit classes de maternelle pour les enfants de 4 ans. C'est une excellente nouvelle, commente le directeur général, parce que ça va nous permettre de déployer un nombre de classes de maternelle quatre ans sur une plus grande partie de notre territoire. 

Néanmoins, Louis Bujold affirme qu’il est encore trop tôt pour savoir si ces places seront comblées l'automne prochain. Les parents ont jusqu'au 1er mars pour signifier leur intérêt à inscrire leurs enfants aux nouvelles classes de maternelle.

Un besoin aux Îles

La Commission scolaire des Îles pourra déployer une seule nouvelle classe de maternelle pour les 4 ans à la prochaine rentrée scolaire.

Lors des consultations réalisées en décembre dernier, l'établissement avait signifié au ministère qu'il avait les ressources nécessaires pour accueillir deux nouvelles classes de maternelles.

La directrice générale, Brigitte Aucoin, se dit malgré tout satisfaite de l’annonce du ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge.

L'ajout de cette nouvelle classe répond véritablement à un besoin dans l'archipel, selon Mme Aucoin. Cette maternelle, dit-elle, s'ajoute à deux autres qui existaient cette année. On a quand même beaucoup de questions à poser au ministère tant sur les modalités que sur le nombre. Mais pour nous, on pense qu'il y a un besoin et on est tout à fait à l'aise de travailler à l'implantation de cette nouvelle maternelle pour l'an prochain. 

Des ressources à trouver

En Matanie, la Commision scolaire Monts-et-Marées, qui devra ouvrir huit nouvelles classes de maternelle la rentrée 2019-2020, la situation est plus incertaine quant à la disponibilité des ressources.

Céline Lefrançois est présidente de la Commission scolaire Monts-et-MaréesCéline Lefrançois, présidente de la Commission scolaire Monts-et-Marées. Photo : Radio-Canada

La présidente de la commission scolaire, Céline Lefrançois, estime qu'il est impossible pour le moment de savoir si ces nouvelles classes seront pleines en septembre et si les ressources seront disponibles. Aurons-nous le nombre suffisant? aurons-nous le personnel qualifié pour enseigner? Ce sont des données sur lesquelles, il faut se pencher , indique Mme Lefrançois.

Elle se réjouit toutefois de la décision de Québec qui fixe à six par classe le nombre d'élèves provenant de milieux défavorisés.

Cette cible permettra de bien remplir les besoins de la région, selon elle. Nous avons déjà, explique Mme Lefrançois, sept maternelles pour les enfants de quatre ans, qui sont dans des milieux dits défavorisés. Là, on élargit la brochette pour les cas de défavorisation. Pour nous, c’est une ouverture.

Céline Lefrançois ignore toujours pour le moment dans quelles écoles ces classes seront situées.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Éducation préscolaire