•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une campagne de promotion, mais peu de solutions pour la traverse Matane–Côte-Nord

Le ministre répond aux questions des journalistes.
Le ministre des Transports, François Bonnardel, était de passage à Matane lundi. Photo: Radio-Canada / Catherine Poisson
Catherine Poisson

Le ministre des Transports, François Bonnardel, était de passage à Matane lundi pour rassurer les élus et les entreprises sur l'état du F.-A.-Gauthier. Mais le ministre avait peu de réponses à leurs questions.

Le ministre Bonnardel a amorcé son point de presse en annonçant qu'une campagne de promotion de 115 000 $ serait lancée au printemps afin d'inciter les touristes à visiter l'Est-du-Québec au cours de la saison estivale, malgré les déboires que connaît actuellement la traverse.

J'ai assuré les intervenants de la région que nous aurons un plan de relève pour les gens qui viendront vous visiter l'été prochain, a affirmé M. Bonnardel.

Il n'a toutefois pas été en mesure de préciser quel bateau prendra la relève après le départ de l'Apollo en juin, ni à quel moment cette information sera confirmée.

On continue de négocier, on a plusieurs options sur la table, a-t-il souligné.

Navire à quai.L'apollo a été construit en 1970. Il doit passer des tests avant de commencer les traversées qui sont prévues au plus tôt le 13 février. Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

À partir du 29 juin, il y aura un plan de relève avec un nouveau bateau.

François Bonnardel, ministre des Transports du Québec

Le ministre a également mentionné que des mesures de dédommagement seront mises en place pour les entreprises touchées par les annulations fréquentes des traversées, encore une fois sans donner davantage de détails.

On continue d'évaluer la situation. Avant d'annoncer quoi que ce soit, je voulais écouter les gens de Matane. On va rencontrer les gens de Baie-Comeau, donc on aura un plan de match plus précis dans les prochaines semaines, a-t-il expliqué.

Pas d'enquête pour le moment

Questionné sur l'octroi du contrat de la construction du traversier, le ministre a déclaré qu'il n'envisageait pas de soumettre le dossier à la vérificatrice générale pour le moment, comme le réclame notamment le chef intérimaire du Parti québécois et député de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé.

M. Bonnardel ne s'inquiète pas du fait que l'Unité permanente anticorruption (UPAC) se soit intéressée à ce contrat en 2014 et qu'elle ait rencontré François Bertrand, à l'époque le président-directeur général par intérim de la Société des traversiers du Québec (STQ).

La société italienne a remporté l'appel d'offres en bonne et due forme. M. Bertrand a été rencontré à l'époque par l'UPAC, il n'y a pas eu de suite, a rappelé François Bonnardel.

Le bateau F.-A-Gauthier au large de MataneF.A. Gauthier Photo : Radio-Canada / Luc Paradis

À court terme, rien ne me laisse croire qu'il pourrait y avoir eu malversation concernant cet appel d'offres.

François Bonnardel, ministre des Transports du Québec

M. Bonnardel pourrait toutefois revoir sa décision une fois que le nouveau président-directeur général de la STQ, Stéphane Lafaut, pourra lui fournir un portrait complet de la situation.

J'ai demandé un verdict organisationnel à M. Lafaut, il me donnera ce portrait dans les prochains mois. À court terme, je ne vois pas pourquoi la vérificatrice générale devrait se pencher là-dessus, mais je ne dis pas un non formel, a-t-il nuancé.

L'inquiétude persiste

Les explications du ministre n'ont pas semblé rassurer les élus présents au point de presse, d'autant plus que M. Bonnardel n'a pas été en mesure de dévoiler ce qui a mené au bris des deux propulseurs azimutaux du F.-A.-Gauthier.

Le maire de Matane, Jérôme Landry, a notamment réitéré l'urgence de trouver une solution pour assurer un service de traversier fiable.

L'Apollo, c'est un vieux bateau, il est capable de faire une partie du travail, mais sans l'assistance de la Garde côtière actuellement, ça crée des problèmes, a-t-il souligné.

Rassuré? Je suis encore inquiet parce qu'on n'a pas encore trouvé la problématique, on n'a pas encore confirmé l'acquisition d'un bateau de relève.

Jérôme Landry, maire de Matane
Le maire de Matane, Jérôme Landry, en entrevue à Radio-CanadaLe maire de Matane, Jérôme Landry, en entrevue à Radio-Canada Photo : Radio-Canada / Brigitte Dubé

De son côté, Pascal Bérubé a rappelé les conséquences de ces déboires sur les entreprises et les travailleurs de l'Est-du-Québec.

Un exemple concret, un citoyen qui appelle ce matin : il perd 2000 $ cette semaine, car c'est impossible pour lui d'aller travailler chez Résolu. Des exemples comme ça, j'en ai plein, des gens chez ArcelorMittal, des gens qui ne sont pas capables de traverser, qui ont des pénalités parce qu'ils sont en retard, a énuméré M. Bérubé.

C'est notamment le cas de Lionel Suissa, un éducateur spécialisé qui vit à Tadoussac et qui doit se rendre à Rimouski tous les 15 jours.

Depuis la mise hors service du F.-A.-Gauthier, en décembre, M. Suissa a déjà dû faire le grand détour par Québec cinq fois.

Soit on me dit que ma place va être attribuée à un poids lourd parce qu'il y a des denrées périssables, et on me propose l'avion, [soit c'est] tout simplement annulé, comme aujourd'hui, en raison de la glace, explique M. Suissa. Alors je me demande pourquoi il n'y a pas de brise-glace qui trace la voie.

La STQ a d'ailleurs demandé à la Garde côtière canadienne d'envoyer un brise-glace à Matane dès mardi matin, pour que l'Apollo puisse effectuer les traversées prévues.

Dimanche et lundi, toutes les traversées entre Matane et la Côte-Nord ont dû être annulées en raison de l'important couvert de glace sur le fleuve.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Transports