•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • La manifestation pour un McGill français

    L'animateur Gilles Moreau présente le compte rendu de Gaétan Montreuil sur la manifestation pour franciser l'Université McGill.

    Il y a 50 ans se déroulait la manifestation McGill français à Montréal.

    Photo : Radio-Canada

    Radio-Canada

    Il y a 50 ans, le 28 mars 1969, la contestation étudiante qui secoue le Québec depuis un an déjà atteint l'Université McGill à Montréal. Nos archives nous ramènent à cette période de revendications et aux raisons qui font de cet établissement une cible des mouvements estudiantins et nationalistes québécois.

    Une soirée mouvementée au centre-ville de Montréal

    Le directeur de la police de Montréal, monsieur Gilbert, a annoncé que 41 personnes ont été arrêtées et que 18 autres ont été légèrement blessées au cours des incidents qui ont suivi la manifestation McGill français dans le centre de la ville.

    Gilles Moreau

    À Montréal, en ce soir du 28 mars 1969, le carré Saint-Louis, les rues Saint-Denis et Sherbrooke sont en ébullition.

    Plusieurs milliers de manifestants marchent pacifiquement vers l’entrée principale de l’Université McGill.

    Téléjournal, 29 mars 1969

    Vers 22 h 30, comme le rappelle le 29 mars 1969 l’animateur du Téléjournal Gilles Moreau, la police sonne la charge contre le millier de manifestants qui restent dans la rue.

    Comme le confirme le compte rendu du journaliste Gaétan Montreuil, le rassemblement pour exiger la francisation de l’Université McGill a tourné à l’émeute.

    Rendre l'Université McGill à la majorité québécoise

    McGill a un budget de recherche qui est supérieur aux budgets de recherche combinés de l’Université de Montréal et de l’Université Laval. Il y a une bibliothèque à McGill qui a été construite grâce à un don de 3 millions de dollars du gouvernement du Québec. Eh bien, cette bibliothèque contient une collection sur la littérature française qui est supérieure à celle de l’Université de Montréal.

    Raymond Lemieux

    Raymond Lemieux est à l’époque un des organisateurs de la manifestation McGill français.

    Services de l'information, mars 1969

    Dans une entrevue accordée en mars 1969 aux services de l'information de Radio-Canada, il dénonce la disproportion des moyens que possède l’Université McGill si on les compare à ceux des universités de langue française au Québec.

    En 1969, l’Université McGill est sans contredit un fleuron de l’enseignement supérieur au Québec.

    Elle a formé deux premiers ministres canadiens, quatre juges de la Cour suprême du Canada et s’enorgueillit de trois prix Nobel en chimie.

    Mais aux yeux de plusieurs, l’Université McGill possède une grave tare. C’est un symbole de la domination coloniale anglo-saxonne sur la majorité francophone du Québec.

    À l’époque, 42 % des places disponibles pour les étudiants universitaires au Québec le sont dans des universités de langue anglaise.

    Les anglophones ne constituent pourtant que 17 % de la population de la province.

    Or, en parallèle en 1969, dans la foulée de la Révolution tranquille, le Québec francophone forme de plus en plus d’étudiants dans les cégeps.

    Plusieurs d’entre eux aspirent à s’inscrire aux études supérieures.

    Le progrès de la mobilité sociale au Québec est gêné par un goulot d'étranglement. Il n’y a pas assez de places pour les finissants dans les universités francophones existantes.

    Pour le mouvement étudiant, notamment l’Union générale des étudiants, obliger McGill à devenir une institution francophone constituerait une amorce de solution à la pénurie de places universitaires pour les jeunes francophones.

    À cette revendication des étudiants francophones se greffe celle du mouvement nationaliste québécois et des mouvances de gauche.

    Le colonialisme anglo-saxon et capitaliste qui domine le Québec francophone doit être démantelé.

    S'ajoute à cette coalition un appui qui peut paraître inattendu à première vue : celui de professeurs et d’étudiants anglophones au sein même de l'Université McGill.

    L’appui de l’intérieur

    On pense que l’université premièrement doit s’intégrer dans une société et lutter pour réformer cette société. Évidemment, McGill, c’est une université réactionnaire et conservatrice qui ne sert pas les vrais besoins du peuple québécois.

    Mark Starowicz, éditeur en chef du « McGill Daily »

    À l’intérieur même de son enceinte, des professeurs et des étudiants appuient l’idée d’aider à la décolonisation du Québec en francisant McGill.

    C’est le but avoué par exemple du Students for a Democratic University qui regroupe 150 professeurs et étudiants de l’Université McGill et qu’a fondé le docteur Stanley Grey du Département de science politique.

    Le journal étudiant McGill Daily est l’autre important allié de la francisation de l’Université à l’intérieur même de l’établissement. Mark Starowicz en est alors le rédacteur en chef.

    Services de l'information, 18 mars 1969

    Il explique son appui à la francisation de l’Université McGill dans une entrevue accordée aux services de l’information de Radio-Canada le 18 mars 1969.

    Mark Starowicz et le comité éditorial du McGill Daily joignent l’acte à la parole.

    Normalement, le tirage de leur publication est de 14 000 exemplaires.

    Mark Starowicz et les responsables du journal décident d’imprimer une édition spéciale de 100 000 exemplaires entièrement en français.

    Cette édition spéciale est distribuée à travers le Québec grâce à l’appui des associations étudiantes et des syndicats, et elle fait grand bruit.

    Il y a de quoi!

    Le McGill Daily dénonce, dans des pages spécialement écrites pour l’occasion, l’exploitation économique et culturelle des Québécois francophones par l’élite dirigeante (et anglo-saxonne) de la province.

    Le comité éditorial du journal conclut que ceux et celles qui se sentent exclus par le statut de l’Université McGill doivent participer à une manifestation prévue en appui à sa francisation.

    Tout ce monde converge le 28 mars 1969 vers l’Université McGill.

    L’émeute qui a suivi a été le point d’orgue de l’opération McGill français.

    C’est aussi un des moments importants du mouvement contestataire étudiant qui a existé dans le contexte de la Révolution tranquille au Québec.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Société