•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Haïti : les huit infirmières canadiennes en route vers Montréal

Huit femmes habilles en vêtements d'été sont assises à l'arrière d'une fourgonnette.
Tracey Hotta (au centre) et son équipe ont eu du mal à quitter Haïti en raison des manifestations antigouvernementales. Photo: Tracey Hotta
Rozenn Nicolle

Les huit infirmières canadiennes qui étaient coincées en Haïti depuis le début des émeutes qui paralysent le pays ont pu prendre un vol d’Air Canada vers Montréal lundi après-midi.

Elles espèrent poursuivre leur voyage vers Toronto en soirée.

Le groupe s'est retrouvé coincé à Grand-Goâve, à environ 60 kilomètres de la capitale, quand les premières émeutes ont éclaté à Port-au-Prince.

Elles affirment avoir pu quitter la ville côtière grâce à une campagne de sociofinancement. L'hélicoptère loué les a transportées jusqu'à l'aéroport de la capitale lundi matin.

Nous croisons les doigts, avait commenté Tracey Hotta, une des huit infirmières, à CBC. Nous espérons vivement que nous pourrons rentrer chez nous ce soir pour le jour de la Famille.

Un drapeau canadien disposé par terre, sur l'herbe, et trois personnes autour. Les infirmières avaient disposé un drapeau du Canada pour permettre à l'hélicoptère qui les a récupérées de mieux les repérer. Photo : Tracey Hotta

Jour de la Famille

La journée de la Famille est un congé célébré ce lundi 18 février en Ontario, en Saskatchewan, en Alberta, en Colombie-Britannique et au Nouveau-Brunswick. Un jour férié est également observé ce lundi par le Manitoba, l’Île-du-Prince-Édouard et la Nouvelle-Écosse, mais porte un autre nom.

Près de 20 000 $ en deux jours

Les huit infirmières ont mis sur pied une collecte de fonds sur le site GoFundMe pour financer leur évacuation en hélicoptère vers l’aéroport. En l’espace de deux jours, l’objectif de 9000 $ a été largement dépassé pour atteindre 20 000 $.

Le groupe a décidé de remettre les fonds supplémentaires à Hope Grows Haïti, une organisation caritative établie en Ontario qui vise à aider les enfants orphelins et abandonnés du pays et auprès de laquelle les infirmières travaillaient en tant que bénévoles.

Mme Hotta évoque une situation sur place très difficile, sans accès aux médias et avec une obligation de rationnement de l’eau, de la nourriture et des médicaments.

Nous sommes épuisées émotionnellement.

Tracey Hotta, infirmière bénévole en Haïti

Communication d'urgence avec le Canada

Stephanie Gibb est la soeur de Mme Hotta. Depuis le début des émeutes, elle attend impatiemment son retour. Chaque jour qui passe devient plus difficile. Aujourd’hui est le jour de la Famille et ça rend cela encore plus dur, a-t-elle déclaré en entrevue avec Radio-Canada.

On est déjà tous prêts à se rendre à l’aéroport pour l’accueillir, affirme Mme Gibb.

Selon elle, c’est aussi le manque de communication avec l’ambassade du Canada en Haïti, fermée depuis une semaine, qui rend la situation encore plus dure à vivre. J’espère qu’ils [l’ambassade du Canada et Haïti] vont revoir leurs procédés pour nos missions et nos forces là-bas, et faire en sorte que ça n’arrive plus, souhaite Mme Gibb.

De son côté, Affaires mondiales Canada, qui gère les relations diplomatiques du Canada et fournit les services consulaires aux Canadiens, dit suivre la situation en Haïti de très près dans un courriel envoyé lundi à CBC News. L’agence gouvernementale soutient avoir déjà aidé de nombreux Canadiens sur place et invite ceux qui sont toujours en difficulté ainsi que les membres de leur famille à communiquer avec le centre d’aide d’urgence, ouvert 24 heures sur 24 et sept jours sur sept, au 1 613 996-8885.

Le 14 février, le Canada a mis à jour ses conseils de voyage et ses avis concernant Haïti, déconseillant tout séjour dans le pays.

Avec les informations de CBC News

Toronto

Politique internationale